Périnée : ce qu'il faut savoir Périnée : 1/3 des femmes doivent faire une rééducation après la grossesse

Depuis 1985, la rééducation du post partum est prise en charge par l'Assurance maladie. Objectif : prendre conscience de son périnée et le muscler grâce à des exercices de visualisation.

la rééducation périnéale comprend un volet comportemental et un volet pratique.
La rééducation périnéale comprend un volet comportemental et un volet pratique. © Artur Gabrysiak - Fotolia.com

Quand ? "Juste après l'accouchement, il faut tout de suite commencer à pratiquer des petits exercices simples de rééducation du périnée afin de le mobiliser le plus rapidement possible", commente Marie Koehl - Le Brun, kinésithérapeute. La rééducation avec la kinésithérapeute ou la sage-femme commencera réellement six semaines après l'accouchement. Le premier rendez-vous consiste en bilan du périnée. "Avez-vous des fuites urinaires quand vous toussez ou que vous passez vos mains sous l'eau froide ?", "Avez-vous parfois des difficultés pour retenir vos gaz ?", "Avez-vous des douleurs ?"... Le professionnel commence donc par un interrogatoire détaillé, avant de procéder à un examen clinique du périnée afin de tester sa tonicité. Suite à ce bilan, il prescrit si besoin des séances de kinésithérapie, au minimum 10 le plus souvent. Elles sont efficaces pour 8 femmes sur 10. A condition de bien continuer les exercices après ces séances.
En quoi consiste la rééducation périnéale ? L'objectif c'est d'apprendre à sentir son périnée et à le protéger. En d'autres termes, il s'agit de pouvoir le verrouiller ou le relâcher au bon moment.
Pour simplifier, une rééducation comporte deux volets. Un premier volet comportemental a pour objectif d'expliquer et de corriger les mauvaises habitudes et de donner des conseils diététiques. "Les patientes doivent se discipliner au quotidien", insiste la kinésithérapeute. Un exemple, en cas de constipation chronique, il faut tout mettre en œuvre pour la diminuer. Donc notamment changer son alimentation. Rien ne sert de faire une rééducation si la patiente conserve de mauvaises habitudes. Le deuxième volet consiste en la rééducation du périnée. Elle est toujours individualisée et combine généralement plusieurs techniques, manuelle, biofeedback et électrostimulation.
 Rééducation manuelle : il s'agit d'une technique de renforcement musculaire et d'une prise de conscience du périnée.
 Biofeedback : cette technique repose sur l'utilisation d'une sonde dont les capteurs sont placés au niveau du périnée et reliés à un système informatique. Ainsi, elle enregistre l'activité musculaire du périnée et la transmet sur un écran d'ordinateur sous forme de courbe. Cela permet à la patiente de bien visualiser la contraction musculaire et ainsi de renforcer les muscles. Cette technique est généralement couplée à une rééducation manuelle et/ou à des explications du kinésithérapeute.
Une fois qu'on a pris conscience de son périnée et qu'on sait le serrer et le relâcher, il faut prendre l'habitude de le faire travailler régulièrement et en particulier dans les moments où il est particulièrement sollicité. Quintes de toux à la suite d'un rhume, port de lourdes charges, constipation, ménopause... Dans toutes les situations où le périnée peut-être affaibli, il faut refaire les exercices appris pendant les séances de rééducation.

Sommaire