Moteur de recherche

Partager cet article

RSS
Femmes > Santé >  Homéopathie > Témoignages
Santé
19/02/2005

Témoignages : elles l'utilisent, elles conseillent

Adeptes de l'homéopathie, les lectrices de notre enquête ont partagé leur conseils et astuces pour bien utiliser l'homéopathie.

  Envoyer à un ami Imprimer cet article  
SOMMAIRE

Elles l'utilisent au quotidien...
"Je me sers de l'homéopathie presque tous les jours. Quand mes enfants sont malades, j'observe bien les symptômes et je cherche le médicament correspondant dans un livre. Je consulte un homéopathe une fois par an pour traiter les problèmes récurrents s'il y en a." Anne, 30 ans (Lesneven)

"Assistante Maternelle, j'ai souvent recours à l'arnica pour les bleus... Il y a plein de petits maux des bébés qui sont soulagés par l'homéopathie au quotidien. Mais il faut se faire suivre par un médecin homéopathe. Car parfois la médecine classique est nécessaire !" Julie, 28 ans (Lyon)

"J'utilise l'homéopathie surtout pour les petits maux de la vie quotidienne. Comme toutes les mamans, j'ai toujours Chamomilla pour les douleurs dentaires des bébés, Oscillococcynum pour les états grippaux, Arnica pour les bosses, Nux vomica... enfin tous les produits de base qu'on peut utiliser quand on a quelques notions d'homéopathie". Sylvie, 44 ans (St Médard en Jalles)

"Je m'en sers pour toutes les urgences : coups et chutes, brûlures, piqûres d'insectes, températures, début de rhume etc. C'est très efficace dans ces cas et très vite, avec les enfants comme avec les adultes. Donc les tubes de base sont toujours avec moi. Pour les traitements de fond, je vois mon médecin homéopathe." Anne-Marie, 56 ans (Puteaux)

"Je suis adepte de cette médecine depuis les maladies fréquentes de mes enfants : rhinopharyngites, otites... Depuis que mes enfants sont suivis par un homéopathe, ils sont très vite guéris sans avoir recours aux antibiotiques. C'est réellement efficace." Christine, 37 ans (Pau)

"Je n'utilise en fait que deux produits homéopathiques. D'une part, la Chamomilla pour la dentition de mes enfants et d'autres part, l'Arnica pour soigner les bosses. Mes enfants ne connaissant pas plus les effets de médicaments que de l'homéopathie, je ne peux dire qu'une chose, c'est que ces deux produits leur font du bien puisqu'ils les réclament lorsqu'ils en ont besoin..." Christine (Sarrebruck)

"On obtient de très bons résultats en matière d'ORL notamment chez les enfants, ainsi que sur les premiers symptomes de rhume, éternuments... Pour les coups et les bosses, sachez que l'arnica existe aussi en granules, très pratique lorsqu'on ne peut pas mettre de baume..." Valérie, 37 ans (Agen)

"Il est évident que l'homéopathie ne peut en aucun cas remplacer la médecine générale, mais elle permet de soigner les mots de la vie quotidienne aussi vite que des médicaments classiques et sans effets secondaires (rhume, gastro, verrue, insomnie, etc.) Je l'ai utilisé par exemple pour la préparation de mon accouchement et les résultats ont vraiment été super : pas de baby blues, pas de douleur etc. Christelle, 32 ans (Nice)

"Je me sers surtout de l'homéopathie pour les problèmes hormonaux, auxquels toute femme est confrontée. C'est un bon compromis, efficace et sans effets secondaires." Marie-Claude, 44 ans (Marseille)

"J'utilise l'homéopathie au quotidien avec les cachets pour les maux de tête, les pommades pour les irritations et les coups. Une fois par an, je vais voir mon médecin homéopathe pour une cure soit avant l'hiver, soit au sortir de l'hiver. Je ne suis pas de nature à être malade régulièrement et je privilégie aussi les médecines naturelles (citron chaud et chlorure de mangnésium en cas de rhume avec une bonne tisane de thym). C'est ma mère qui m'a initié à cette médecine et même si je ne renie pas la médecine allopathique, j'essaye de privilégier le recours à l'homéopathie." Olivia, 24 ans (Wasquehal)

"Suite à une maladie très douloureuse, et après avoir tout essayé y compris l'homéopathie, je me suis repenchée sur cette médecine en essayant d'en comprendre son fonctionnement. Bien ciblée, bien dosée, voire bien frappée, l'homéopathie est une forme médicamenteuse à ne pas sous-estimer, elle peut-être bien plus forte que l'on ne le pense..." Véronique, 40 ans (Montpellier)

"Maman de deux enfants en bas âge, j'ai commencé à m'intéresser de près à l'homéopathie car en période hivernale, mes enfants étaient sans arrêt sous antibiotiques. Maintenant ils sont moins malades, et je n'ai plus l'impression de les gaver de médicaments." Christelle, 30 ans

"Je m'en suis servie surtout pendant ma grossesse, et maintenant pour mon fils qui fait ses dents, c'est très efficace !" Virginie, 36 ans (Paris)

"L'homéopathie, c'est du préventif, cela permet d'éviter d'être malade. Il y a un effet de bien-être dans la lutte contre le stress et les insomnies, sans pour autant créer de dépendance." Florence

... Les conseils des lectrices
"D'abord, il faut consulter un médecin homéopathe, qui saura quand prescrire de l'homéopathie ou un autre médicament. Instaurer un bon dialogue avec lui favorise aussi un meilleur traitement." Carole, 32 ans (Aix en provence)

"Je ne suis pas une grande adepte de cette médecine, mais je ne l'utilise en cas de stress, d'anxiété ou d'insomnie. Je conseille aux gens de bien s'informer avant d'utiliser cette méthode et de ne pas se gêner pour demander de l'information à son médecin ou à son pharmacien." Amélie, 18 ans (Québec)

"Je me sers de l'homéopathie tant que les symptômes ne présentent pas de caractère inquiétant. Il faut s'adresser à un médecin confirmé à orientation homéopathique qui saura à partir de quand des médicaments allopathiques s'avèreront nécessaires." Andrée, 77 ans (Versailles)

"Pas d'automédication, sauf en ce qui concerne les préparations toutes faites et vendues telles quelles : l'homéopathie exige une formation et des connaissances incompatibles avec un à-peu-près, qui ne peut donner de résultats et contribue à la mauvaise image de ce mode thérapeutique." Anne, 55 ans (Paris)

"Il faut veiller à ne pas toucher les granules." Fabienne

"D'abord il faut savoir quels sont les symptômes les plus flagrants, et ensuite bien se renseigner dans une pharmacie ou dans un bon dico d'homéo". Zaza, 37 ans (Cotignac)

"Il faut une rigueur sans faille pour suivre les traitements. Mon aîné est soigné par homéopathie depuis l'âge de 6 ans avec succès, il est très consciencieux. Mon deuxième fils, d'un naturel impatient et étourdi, n'a jamais accroché. Cela dépend donc du caractère." Françoise, 52 ans (Pau)

"Consulter un homéopathe est indispensable, car l'homéopathie est complexe : connaître la bonne dilution, granules ou doses, modalités d'application etc. Cette pratique suppose une véritable intelligence médicale." Simone, 61 ans (Dole)

"Il faut arriver à intégrer que chaque substance d'homéopathie a une action "personnalisée" : ce n'est pas parce que telles granules calment mes angoisses qu'elles calmeront celles de ma voisine ! Il faut donc rester très à l'écoute de soi et s'aimer !" Françoise, 56 ans (Jouy en Josas)

Je me sers de l'homéopathie pour soigner les maux légers mais également pour tout ce qui touche au 'psy' : stress, insomnie, tract... Pour bien utiliser l'homéopathie, un débutant devra consulter un homéopathe afin de bien cerner sa personnalité puis se renseigner, sur Internet par exemple, pour se soigner seul, dans certains cas." Françoise, 54 ans (Paris)

"J'utilise l'homéopathie à titre préventif, avant l'hiver afin d'éviter les maux de la mauvaise saison, et tous les jours pour calmer mon stress, mon mal de dos... et ça marche ! Pour obtenir une efficacité optimale, il faut suivre le traitement à la lettre, être régulier dans les prises, ne pas s'arrêter avant la fin et patience, vous en constaterez les bienfaits." Frédérique, 35 ans (Nilvange)

"L'homéopathie est une médecine qui permet d'apprendre la patience. Certains traitements, dits de fond, demandent du temps (eczema, asthme...) mais aboutissent à une guérison totale et surtout définitive. Pour les petites pathologies, rhumes, grippes... le traitement varie en fonction de chacun et exige d'apprendre à observer certains signes et donc à mieux se connaître." Hélène, 33 ans (Sainte Geneviève des Bois)

"Je suis totalement pour l'homéopathie, je n'utilise que cela. Mon seul conseil est de la tester et c'est le résultat qui prouve..." Jacqueline, 48 ans (Saint brieuc)

"Il faut bien respecter les prises et ne pas mélanger l'homéopathie avec le tabac, l'alcool, le thé..." Lola, 28 ans (Paris)

"L'homéopathie et l'aromathérapie se complètent très bien et je pense qu'il faut savoir utiliser les deux en même temps en fonction de la maladie que l'on soigne." Marine, 52 ans (Paris)

Ce qu'elle pensent de l'homéopathie...
"J'utilise l'homéopathie car si la maladie est bien prise à son début, elle permet de guérir rapidement, sans risque d'effets secondaires" Annick, 64 ans

"Pour moi, le concept de l'homéopathie c'est qu'elle soigne le patient avant de soigner la maladie. Je la considère comme un traitement de fond, comme un "équilibreur" des hormones qui régissent le fonctionnement organique." Brigitte, 46 ans (Paris)

"Car l'homéopathie convient particulièrement bien aux problèmes à répitition" Carole, 32 ans (Aix en provence)

"C'est une médecine préventive, qui soigne le terrain (la cause). Elle est efficace sur un moyen et long terme et... il faut y croire !" Anne, 41 ans (Paris)

"Pour moi, l'homéopathie est une médecine qui convient bien aux personnes qui ont envie d'être acteurs de leur santé, qui s'y intéressent réellement et qui considèrent leur corps autrement que comme une machine". Annie (Lyon)

"Je trouve que l'énorme avantage de cette médecine c'est qu'elle laisse la place aux mécanismes naturels de défense. C'est une très belle manière de faire confiance à la nature, à soi-même et à ses propres ressources." Audrey, 25 ans (Créteil)

"L'homéopathie peut, en ce qui me concerne, notablement améliorer des "terrains": terrains allergiques, tendance à l'anxiété... Je l'utilise en traitement de fond pour éviter les désagrements de l'hiver ou pour éviter à ma famille de trop s'angoisser à propos de son travail scolaire". Bénédicte, 32 ans (Chaumont-sur-tharonne)

"J'utilise l'homéopathie comme les médicaments dits normaux. C'est-à-dire que quand il y a maladie, je vais chez l'homéopathe et il me donne un traitement à suivre quelques jours. Il n'y a pas de miracle dans la médecine traditionnelle (parfois les symptômes persistent, on doit changer de prescriptions..) : c'est la même chose en homéopathie. Il faut suivre les conseils et prescriptions de son médecin." Christèle, 31 ans (Nîmes)

"Je n'utilise l'homéopathie que dans certains cas, qui ne sont pas soulagés par l'allopathie, exemples : les allergies, les migraines, le stress, l'arthrose, et pour ma fille qui est devenue insensible aux antibiotiques..." Citronnelle, 40 ans (Marseille)

"J'estime que les médecins devraient arrêter de se faire la guerre. L'idéal serait de se soigner d'abord à l'homéopathie et garder l'allopathie pour les patologies graves. Il ne faut pas être sectaires. L'homéopathie n'a jamais guéri un cancer mais peut aider à supporter certains traitements. L'homéopathie soigne le terrain du malade et non pas la maladie, elle peut aussi prévenir pas mal de maladies. Et cela m'agace quand on dit que c'est une mode : je connais l'homéopathie depuis plus de 55 ans..." Eliane, 63 ans (Brétigny sur Orge)

"Avec l'homéopathie, il n'y a pas de risque d'intoxication, ni d'effets secondaires. Il est idéal pour les bébés et les jeunes enfants que les prennent sans rechigner. Nous devrions opter pour une nouvelle façon de nous soigner, en conciliant homéopathie, acupuncture, ostéopathie et en gardant l'allopathie pour les traitements lourds. Donc surtout en jouant sur le préventif au lieu du curatif. Apprenons à prendre soin de nous au lieu de réparer les dégâts !" Florence, 41 ans (Nantes)


Magazine Santé Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité

Sondage

La contraception masculine, c'est...

Tous les sondages