Moteur de recherche

Partager cet article

RSS
Femmes > Santé > 
Santé

Les vertus (féminines) du soja

Ce végétal d'origine asiatique est un aliment particulièrement reconnu pour ces bienfaits sur notre santé. De quoi nous protège-t-il ? Et que contient-il de si miraculeux ? (18 février 2004)

  Envoyer à un ami Imprimer cet article  
SOMMAIRE

Les études réalisées sur le soja sont nombreuses en Asie, continent dont les habitants sont réputés vivre plus longtemps et développer moins de cancers que les occidentaux.

L'année dernière, des Japonais ont tout bonnement mis en évidence l'action préventive du soja contre le cancer du sein. Parmi 21 800 Japonaises de 40 à 59 ans, suivies pendant 10 ans, celles qui ont consommé davantage de soja ont diminué de moitié (54 %) leur risque de cancer du sein.

Ces femmes avaient alors un apport quotidien de 25 mg d'isoflavone de soja, soit l'équivalent de trois bols (ou plus) de soupe de miso (une soupe japonaise). Reste à savoir si nous, européennes, pourrions supporter une tel régime alimentaire !

D'autres chercheurs ont observé que les asiatiques qui émigrent aux États-Unis développent davantage de cancers du sein que celles restées au pays.

Mais ce n'est pas tout. Le soja ne protègerait pas que du cancer du sein. Les dernières recherches ont démontré que consommer du soja diminue les symptômes de la ménopause, et aideraient à contrôler le taux de glycémie (un plus pour les diabétiques).

Enfin, le soja pourrait permettre de perdre du poids. Mais là, méfiance : même si des études ont montré qu'un régime hypocalorique enrichi en soja faisait davantage maigrir qu'une diète classique, ces résultats sont tout de même à prendre avec précaution. Les régimes hypocaloriques n'ont pas montré d'efficacité à long terme : une hygiène diététique globale doit être mise en place où, pourquoi pas, le soja peut tenir sa part.

Mais que contient le soja de si miraculeux ?
Le soja contient en quantité des isoflavones, des molécules qui sont proches de nos oestrogènes et qui réussiraient donc à imiter nos hormones féminines. Ce mimétisme, qui agirait sur les tissus des seins, pourrait être à l'origine de cette protection.
Si le soja a si bonne presse, c'est qu'il est la principale source de ces isoflavones. Mais on peut aussi en trouver, en moindre quantité, dans les lentilles, les haricots ou les pois chiches.

Depuis cette folie du soja, la Food and Drug Administration aux États-Unis a carrément autorisé les fabricants d'aliments qui contiennent un minimum de protéines de soja, de signaler sur leurs emballages le message suivant : “25 g de protéines de soja par jour (...) peuvent diminuer le risque de maladie cardiaque”...


Magazine Santé Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Ce que vous redoutez le plus cet été...

Tous les sondages