Que faire face à la honte ?

Différence physique, humiliation en public, moquerie... Enfants ou adultes, nous avons tous connu des moments de honte. Le thérapeute Gonzague Masquelier nous explique comment mieux les gérer pour s'en libérer.

Comment définiriez-vous le sentiment de honte ?

Contrairement à la culpabilité, la honte est un sentiment qui concerne notre être, et non nos actes. On peut avoir honte d'être petit, gros, pauvre ou riche... C'est un sentiment très difficile à évacuer qui engendre un grand nombre d'émotions comme la tristesse ou la colère. Par ailleurs, pour se retrouver honteux, nous avons besoin que quelqu'un se moque de nous, de façon réelle ou imaginaire.


Certaines hontes sont tout de même plus faciles à oublier que d'autres ?

Il existe bien évidemment différents degrés de blessures. Vous pouvez ressentir de la honte lors d'une soirée chic si vous êtes mal habillée. Ce genre de honte temporaire s'oublie vite ! En revanche, si les moqueries ont été très profondes, vous pouvez en souffrir toute votre vie. Particulièrement, si vous manquiez de confiance en vous à ce moment-là. Voilà pourquoi les hontes les plus difficiles à oublier sont celles que l'on vit durant notre enfance et notre adolescence, à l'école comme dans le milieu familial.

Peut-on malgré tout parvenir à vivre avec ses hontes ?

Certaines de nos hontes, très anciennes, sont fortement ancrées en nous et peuvent avoir un impact sur notre vie d'adulte. Prenons l'exemple d'un élève qui a échoué lors d'une récitation et qui a été humilié par son instituteur. Il se peut que des années après, il se retrouve en échec professionnel. Idem pour une jeune fille dont on s'est moquée à cause de sa petite poitrine. Une fois adulte, elle risque de douter de sa féminité. Au final, personne ne peut oublier ces moments douloureux mais chacun peut faire en sorte de se donner les moyens de cicatriser ses blessures, en choisissant d'entamer une thérapie par exemple.

Lorsque l'on est face à une situation de honte, quelle est la meilleure attitude à adopter ?

Dans un moment honteux, nous avons tendance à nous isoler, à nous couper des autres. C'est la pire des réactions. Il faut au contraire rechercher le contact, notamment avec la personne qui s'est moquée de vous. Si cela vous est trop difficile, établissez au moins un lien avec les autres membres du groupe. Partagez votre sentiment, et n'hésitez pas à en plaisanter. Tout cela vous permettra de vous rassurer narcissiquement.

 

 En savoir plus : Le site de l'Ecole Parisienne de Gestalt

 

 A lire : Le dossier "Apprenez à maîtriser votre colère"
 Et aussi : Le conseil : "Bien gérer son stress"