10 vraies réponses sur les menteurs Je l'ai démasqué, je fais quoi ?

attendez d'avoir retrouvé un peu de votre calme avant de provoquer la discussion
Attendez d'avoir retrouvé un peu de votre calme avant de provoquer la discussion avec le coupable... © Hemera/Thinkstock

Voici donc l'horrible moment M. Vous venez de le découvrir, par hasard ou après une traque patiente : on vous a menti. Vous avez les preuves à charge, cela ne fait plus l'ombre d'un doute. Là maintenant, vous avez envie de lui arracher les yeux, de lui planter un pic à glace entre les omoplates, de le noyer dans la cuvette des toilettes. Certes, mais ces solutions risquant de vous conduire tout droit à la prison, mieux vaut peut-être envisager d'autres pistes de réflexion...

Toute la question est de savoir s'il faut confronter le menteur et, si oui, de quelle façon. "La réaction dépend bien sûr de la nature du mensonge, explique Michel Fize. S'il s'agit d'une tromperie par exemple, la pilule risque d'être un peu amère à digérer. Dans tous les cas de figure, je pense qu'il est primordial de parler. On vous a menti, vous avez droit à une explication."

En effet, se remettre d'un mensonge, pour l'un comme pour l'autre, n'est pas chose aisée. La confiance a été brisée. Elle n'est peut-être pas impossible à reconstruire, mais les deux partis vont devoir y mettre du leur. La victime du mensonge a besoin de comprendre comment et pourquoi l'autre en est arrivé à le tromper de la sorte. Le menteur doit être capable de répondre à ses questions, de montrer qu'il n'avait pas l'intention de nuire mais, au contraire, de protéger ou, du moins, d'éviter de faire souffrir.

Rester calme

Si vous l'avez pris la main dans le sac, le mieux est dont peut-être de ne pas agir à chaud : votre trouble pourrait vous conduire à des actes pas précisément constructifs (cf arrachage d'yeux et compagnie). Prenez plutôt le temps de vous poser, même si c'est difficile, et de réfléchir à la façon dont vous allez lui présenter la chose. Cela vaut notamment si vous avez employé des méthodes peu avouables pour le démasquer (fouiller dans le téléphone, les mails, la corbeille à papier...) : il risque de saisir le moindre prétexte pour vous culpabiliser et éviter ainsi d'avoir à se justifier.

Préparez donc votre petit discours. Choisissez un endroit et un moment calmes, où votre cible ne pourra pas se défiler. Et attaquez. L'idéal est de garder la maîtrise de vos nerfs, de rester le plus calme possible, afin de poser toutes les questions nécessaires pour bien comprendre la situation.

Laissez reposer quelque temps, voyez si vous parvenez à digérer ce que vous considérez probablement comme une trahison. Seul le temps pourra vous le dire, évitez donc de prendre des décisions brutales sous le coup de l'émotion. Passés quelques jours ou quelques semaines, la solution s'imposera probablement d'elle-même.

Sommaire