Je suis timide, mais je me soigne ! Une journée dans la peau d'une timide

Ce matin, vous vous êtes réveillée avec une boule à l'estomac, après avoir mal dormi... A 10 h, vous devez présenter votre projet de refonte du site internet de la boîte. Vous maîtrisez parfaitement votre sujet, il n'y aucun problème de ce côté-là. Mais l'idée de devoir parler devant 30 personnes, parmi lesquelles le Big Boss vous paralyse légèrement, il faut bien l'avouer.

 Plus l'heure approche, plus vos paumes sont moites et votre cœur palpitant. D'ailleurs, vous avez l'impression d'avoir tout oublié.

10h30. Ouf. Finalement, ça s'est plutôt bien passé. Bien sûr, vous avez bégayé un peu et vous avez avoisiné, au moins pendant les cinq premières minutes, la couleur d'une tomate bien mûre. Mais au final, tout le monde a eu l'air d'apprécier votre projet et vous vous en sortez avec les honneurs. D'ailleurs, le Big Boss a demandé à vous voir demain. Encore une petite séance d'auto-consumation en perspective...

Déjeuner à la cantine du groupe. Au moment d'aller vous asseoir, vous manquer de bousculer Lucas, le petit nouveau du troisième. Ah, Lucas ! Son regard de braise ne vous laisse vraiment pas insensible. C'est bien pourquoi vous bredouillez deux ou trois absurdités chaque fois qu'il tente de vous adresser la parole. Il doit vous prendre pour une demeurée, à force ! Pourtant, le voilà encore qui tente une approche, pour vous proposer d'aller boire un verre ce soir. Un verre ? Oh mon Dieu mais c'est qu'il a l'air de vous faire du plat ! Et c'est reparti pour l'option rouge tomate ! Mais vous réussissez tout de même à bafouiller que oui, pas de problème, 19 h, vous y serez. "Dacodac", lancez-vous, pour le regretter une demi-seconde plus tard ! "Dacodac, non mais franchement, qu'est-ce qui m'a pris ? C'est la première fois que j'utilise cette expression de 1952 !"

Ne pas déranger

Avant de rejoindre le beau Lucas, vous passez faire quelques courses dans votre supermarché habituel. Pfff, les chocos sont encore tout en haut du rayon. Avec votre 1,53 m, talons inclus, vous ne risquez pas de les attraper. Il y a bien ce grand type là, à deux pas de vous, pour qui ça ne demanderait aucun effort. En plus c'est un vendeur, il est là pour ça presque. Mais non, vous n'osez pas le déranger, d'autant qu'il est occupé à ranger d'autres produits sur les étals. Donc vous repartez sans vos biscuits. Tant pis, demain vous achèterez un pain au chocolat sur le chemin du bureau.
 

18h59. Lucas est déjà là, vous restez dehors quelques instants et l'observez par la vitre. Il est tellement beau, le regard perdu dans le vague ! Vos jambes sont en coton et vous hésitez une demi-seconde, puis vous entrez, le cœur battant la chamade, et vous vous asseyez en face de lui, osant à peine croiser son regard...

Trois heures plus tard, vous êtes tout simplement conquise et on vous entend rire aux éclats jusqu'à l'autre bout du bar. Non, ce n'est pas le vin, c'est juste que Lucas a su vous apprivoiser et vous mettre à l'aise. D'ailleurs, il vient juste de vous révéler que c'est votre côté rougissant qui l'a frappé en plein cœur en premier. Comme quoi...

Sommaire