Arrêtez de vous dire : "J'aurais dû..." Je fais confiance à mon homme pour s'occuper de la maison

 La situation : Des journées comme celles-ci, heureusement qu'il n'y en a pas 7 dans la semaine. Problèmes de transports, une tonne de travail à faire, des remontrances de votre supérieur, l'école qui appelle pour vous signaler que votre chérubin n'est pas des plus sages...

Une fois rentrée, vous ne rêviez que d'une seule chose, c'est de vous poser, vous reposer et de mettre les pieds sous la table... Retour à la réalité, c'est VOUS qui devez préparer le dîner, ranger les affaires de vos enfants, faire une machine, etc.

 Votre réaction : Vous êtes habituée après tout, ça ne vous dérange pas plus que cela. Sauf que vous voyant usée, votre conjoint vous propose gentiment de préparer le dîner à votre place. L'idée vous plaît. Oui, mais connaissant ses aptitudes culinaires, vous préférez encore tout gérer
vous-même. C'est vous qui le faites d'habitude alors pourquoi changer ?

 Résultat : Vous préparez à la hâte des coquillettes jambon, avec en dessert un yaourt et un fruit... Et puis surtout, alors que d'habitude vous le faites de gaieté de cœur, là, franchement, vous le faites en traînant les pieds et boudez toute la soirée... Parce que tout simplement, vous vous dites : "j'aurais dû accepter sa proposition de faire le dîner".

 La solution : le problème surtout en l'occurrence, est que vous attachez bien trop d'importance à votre rôle de maîtresse de maison. Vous n'arrivez pas à lâcher le morceau pour une simple question de principe : c'est à vous de le faire alors quoi qu'il se passe, vous le faites ! Sauf que, sans remettre en cause vos principes, montrez-vous un peu plus souple dans leurs applications. Et si vous n'avez pas envie de faire le dîner, le repassage ou d'emmener les enfants au parc, ne le faites pas ! Cela ne remet pas en cause votre rôle, loin s'en faut ! Tout le monde y sera gagnant : votre conjoint sera heureux de pouvoir vous aider et de voir que cela vous fait plaisir, vous serez contente de penser un peu à vous et comme vous ne ferez pas la tête, pas de mauvaise ambiance à la maison. Dernière précision, si votre conjoint n'est pas du genre à vous proposer de lui-même son aide, forcez-lui un peu la main !

Sommaire