Demain j'arrête.... D'essayer d'être parfaite Le burn-out, vous connaissez ?

Ah oui, forcément, être à 110 % tout le temps, ça n'est pas facile ! Les premiers mois, toute à votre enthousiasme, l'adrénaline devrait vous aider à tenir, mais au fil du temps et des heures sup', allez-vous tenir ? Petite revue des principaux écueils qui vous guettent pour éviter le burn-out.

pour éviter le burn-out, mieux vaut lever le pied sur vos exigences
Pour éviter le burn-out, mieux vaut lever le pied sur vos exigences personnelles... © Charly - Fotolia

 Ecueil n°1. La fatigue. Eh oui, vous n'êtes qu'humaine, après tout. A force d'arriver à 8 h le matin et à repartir à 21 h le soir, votre organisme va finir par se lasser. Or, qui dit fatigue, dit souvent cerveau qui tourne un peu moins bien et, au final, risque d'étourderies. Aïe. Précisément ce que vous détestez.

 Ecueil n°2.  Le coup de bambou. La bonne élève que vous êtes risque de vite l'apprendre à ses dépends, le monde du travail est profondément injuste. Ca n'est pas parce que vous allez donner le meilleur de vous-même, faire tout de ce que vous pouvez pour augmenter les profits de votre entreprise que cette dernière vous le rendra. Que nenni. Non seulement vous risquez donc de trouver cela inéquitable (et ça l'est) mais, pour peu que vous manquiez un peu de confiance en vous, vous risquez également de vous remettre en question. Si vous n'avez pas été aussi chaudement félicitée (et récompensée) que vous l'attendiez, c'est peut-être que vous auriez pu faire encore mieux, non ? Et c'est comme ça que le doute s'instille en vous...

 Ecueil n°3. Le syndrome de la lèche-botte. A force d'être toujours souriante, de faire toujours ce que vous demande votre boss sans jamais rechigner et d'accepter avec le sourire de faire des heures supplémentaires non rémunérées... Vous allez vous mettre à dos tous vos collègues qui, eux, n'ont pas envie de travailler plus pour gagner pareil. Avouez que travailler sous le regard énervé de vos colocataires de bureau, c'est déjà beaucoup moins agréable !

 Ecueil n°4. La fin de vie (privée). Ben oui, ce n'est pas en rentrant tous les soirs, exténuée, chez vous à 22 h que vous allez le rencontrer, ce prince charmant parfait auprès duquel vous ambitionnez de devenir une petite amie parfaite ! Parce que c'est aussi ça le revers de la médaille : à force de tout faire sans râler, on va vous en donner encore plus à faire, et encore, et encore... Et vous allez finir par crouler littéralement sous le travail. Pas bon ça.

Sommaire