Demain j'arrête... De culpabiliser Acceptez que tout ne dépend pas de vous

OK, vous avez le profil et vous commencez à comprendre pourquoi vous culpabilisez pour un oui ou pour un non. Il est donc temps de passer à l'étape suivante et de découvrir comment cesser de porter le poids du monde sur vos épaules. Ainsi, vous pourrez rentrer chez vous à 19h plutôt que de traîner au bureau jusqu'à 22h afin de re-réviser pour la énième fois ce rapport que vous commencez à connaître par cœur.

 Avant de passer aux exercices pratiques, vous devez vous faire à cette idée : vous ne pouvez pas tout contrôler ! Eh non ! A vrai dire, il y a même très peu de choses que l'on contrôle dans la vie. Même ce brushing impeccable avec ses 12 litres de laque ne résistera pas au coup de vent qui s'annonce. C'est dire. Vous ne pouvez pas non plus être partout à la fois, ni rendre tout le monde heureux en même temps. Ni lire dans les pensées d'Arthur. Oups, on s'égare...

 Travaux pratiques maintenant : chaque fois que vous sentez le doute et la culpabilité poindre, forcez-vous à examiner la situation de façon objective. En écrivant les faits, par exemple, en essayant d'analyser ce qui pourrait réellement être votre faute ou pas. Dans la majorité des cas, vous ne pourrez trouver aucune raison valable de vous auto-flageller. Bien-sûr, cela ne vous empêchera pas d'avoir l'impression subjective que c'est de votre faute mais, petit à petit, cela devrait vous aider à prendre conscience que votre perception est déconnectée de la réalité.

 Chaque fois que vous commencez à culpabiliser, donnez-vous un gage ! 1 euro dans la tirelire cochon (que vous donnerez ensuite à votre neveu le plus exécrable !) ou 4 longueurs de piscine en plus ou l'interdiction de reprendre du dessert... A vous de voir ! En tout cas, cela peut constituer un coup de pouce pour moins vous remettre en question, tout le temps.

 Arrêter de culpabiliser ne va pas se faire en un clin d'œil. Ce que vous pouvez réussir tout de suite, en revanche, c'est cesser de vous excuser tout le temps ! On vous marche sur les pieds dans le métro et vous vous excusez d'avoir été sur le passage de ce malotru ! Ca suffit ! A force de donner l'impression aux autres que c'est de votre faute, ils vont finir par le croire et se décharger de leur culpabilité sur vous.

 Et voilà, c'est parti : vous ne culpabilisez plus, c'est fi-ni ! Attention hein, ce n'est pas une raison pour en faire trop non plus et ne jamais vous demander si vous n'y êtes pas un peu pour quelque chose. Il y a parfois de vraies raisons de se sentir coupable. Sachez alors les identifier et remédier à la situation quand c'est possible, sans en faire un drame.

 

Sommaire