La santé par le chocolat Michel Barel : "Les bienfaits du chocolat viennent du cacao"

michel barel est aussi l'auteur de 'du cacao au chocolat, l'épopée d'une
Michel Barel est aussi l'auteur de "Du cacao au chocolat, l'épopée d'une gourmandise". © DR

Michel Barel est chercheur en cacao au Centre de recherche français qui répond aux enjeux internationaux de l'agriculture et du développement (CIRAD).

Le chocolat est-il bon pour la santé de tout le monde et à tous les âges ?

Michel Barel : Globalement oui, mais avec une restriction pour les personnes qui souffrent de diabète, de reflux gastro-œsophagiens ou de coliques hépatiques. Dans le cas de certaines pathologies, le chocolat n'est pas bon. Mais pour les personnes qui n'ont pas de problème de santé il n'y a aucun problème et pas d'âge limite. Quand on parle de chocolat il faut être conscient que les bienfaits viennent du cacao donc il faut s'entendre sur le chocolat riche en cacao.

Tous les chocolats sont-ils justement bons pour la santé ?

Il est important d'attirer l'attention sur le chocolat au lait car, contrairement au chocolat noir, il contient des matières grasses animales (venant du lait), matières grasses déconseillées en cas de cholestérol. Il est aussi généralement bien plus sucré que le chocolat noir. Encore une fois, les bienfaits du chocolat viennent du cacao uniquement et le chocolat au lait ou blanc n'est donc pas le plus conseillé.

Pourquoi le chocolat est-il autant apprécié ?

"Tout le monde aime le chocolat parce que c'est bon, comme on aime le foie gras parce que c'est bon"

Il y a de nombreux travaux sur ce sujet, c'est plus sociologique que scientifique. Tout le monde aime le chocolat parce que c'est bon, comme on aime le foie gras parce que c'est bon. Les gens aiment ce qui est bon, et surtout en France. On dit aussi que ce serait lié à l'enfance cette attirance vers le sucré, vers le lait maternel. Et puis, c'est facile à manger le sucré, il n'y a aucun effort à faire. On voit très bien qu'aux Etats-Unis les problèmes de poids sont dus à une inactivité physique et à une surconsommation de sucres.

Sommaire