Tests de QI : faut-il vraiment s'y fier? Un test constitué de 14 épreuves

c'est le psychologue qui reporte les réponses du testé sur le questionnaire.
C'est le psychologue qui reporte les réponses du testé sur le questionnaire. © Thinkstock / Hemera

Quand vous pensez test de QI, vous pensez activités logiques et mathématiques, avouez-le ! Détrompez-vous. "En fait, ce test est constitué d'une série de 14 épreuves (pour la version adulte, ndlr). Chacune d'entre elle s'attache à une capacité en particulier, explique la psychologue Sabine Chavarot. Ainsi, la logique ne concerne qu'une de ces 14 épreuves. On retrouve également parmi les compétences testées la vision dans l'espace, l'aptitude au calcul mental, mais aussi l'aisance verbale, entre autres."

Vous vous imaginez seul devant votre liasse de questionnaires à choix multiple à remplir sous forme de course contre la montre ? Vous avez tout faux. En fait, le psychologue fait partie intégrante du test : c'est lui qui vous pose les questions et qui note vos réponses. Vous pouvez donc vous concentrer sur la réflexion. Ce système présente en outre l'avantage de ne pas défavoriser pour toute la durée de l'épreuve les personnes qui auraient des difficultés de lecture ou d'écriture.

Epreuves chronométrées

La seule activité "manuelle" requise lors de ces tests consiste à replacer correctement les pièces d'un puzzle, déplacer des figures géométriques ou autres jeux de ce type.

Pour corser un peu le jeu, certaines épreuves sont chronométrées. Le candidat dispose d'un temps maximum pour répondre à la question. S'il répond avant la fin du chronomètre, le score est pondéré en fonction du temps de réponse.

La stratégie d'évaluation est similaire pour les enfants, à ceci près que le test ne comporte pas nécessairement 14 épreuves. "Certaines sont ajoutées ou retranchées en fonction de leur âge", précise la psychologue.

Sommaire