Programme d'entraînement cérébral : faut-il y croire ? Pas d'amélioration pour les personnes malades

Face à une personne qui souffre de problèmes de mémoire, on est tenté d'essayer ces méthodes d'entraînement cérébral : et si cela permettait de regagner un peu en capacité de mémorisation ?

plutôt que d'essayer d'améliorer une mémoire qui ne reviendra pas, donnez-lui
Plutôt que d'essayer d'améliorer une mémoire qui ne reviendra pas, donnez-lui des techniques pour s'adapter à son handicap, telles que le fait de tenir un agenda. © Hemera/Thinkstock

Hélas, aucune expérience n'a jamais permis de prouver une quelconque amélioration des capacités des patients, notamment dans le cadre d'affection telles que la maladie d'Alzheimer. Cela ne permet pas non plus de ralentir la maladie une fois qu'elle est déclenchée. C'est que ce type d'affection a des causes physiologiques bien précises : les neurones sont détruits peu à peu et aucun exercice ne permet d'enrayer ce problème. Au contraire, si les patients ne parviennent pas à réussir les jeux, cela peut exacerber leur manque de confiance en eux et les inciter à se replier un peu plus sur eux-mêmes, soit tout l'inverse de l'effet recherché.

 En revanche, il existe de nombreux exercices utiles pour les personnes malades, qui consistent à leur apprendre à s'adapter à leur perte de capacités. C'est d'ailleurs le type de jeux qui sont pratiqués en hôpital de jour, par exemple : apprendre à tenir un agenda pour ne pas oublier de rendez-vous, à noter dans des endroits stratégiques les choses à faire, etc. Ces exercices très pratiques permettent, au moins pendant un certain temps, de pallier le manque de mémoire.

 De même, vous pouvez également proposer à votre proche malade des mots fléchés ou autres mots croisés : la capacité à les réussir perdure généralement assez longtemps après le début de la maladie : une bonne manière de l'occuper tout en renforçant un peu son ego.

Sommaire