Somnolence : les Français dorment debout ! Des signes précurseurs qui ne trompent pas

malgré toute votre bonne volonté, une fatigue incommensurable s'empare de vous ?
Malgré toute votre bonne volonté, une fatigue incommensurable s'empare de vous ? © Dmytro Konstantynov - Fotolia.com

14h30. L'heure de la digestion. Alors que vous tentez de boucler un dossier urgent, vous sentez votre attention s'effilocher et vos paupières devenir incroyablement lourdes. Si lourdes que vous avez du mal à maintenir vos yeux ouverts, tout pendant que votre cerveau est en train de déconnecter. Vous vous attendez à ce que, d'un instant à l'autre, votre front vienne s'écraser bruyamment sur les touches de votre clavier d'ordinateur. Vous hésitez presque à aller vous allonger aux toilettes, histoire de faire une micro-sieste. Mais le carrelage, c'est froid !

Pas de doute : vous venez de vivre un épisode de somnolence. Les signes précurseurs sont souvent aussi caractéristiques que l'épisode décrit plus haut.

 Paupières de plus en plus lourdes.

 Bâillements intempestifs.

 Impression de flou visuel.

 Raideur de la nuque ou du dos.

 Fourmillements dans les jambes.

 Envie incessante de bouger.

 Si vous êtes au volant : petites déviations du véhicule, modification involontaire de la vitesse.

Testez-vous

Il n'est pas anormal de vivre de temps à autre ce type d'épisode, par exemple si l'on a mal dormi ou que l'on a eu une semaine de travail difficile. Mais la somnolence devient pathologique quand elle est trop fréquente.

Pour mesurer votre degré de somnolence, vous pouvez effectuer le test d'Epworth. 8 questions, 8 situations, pour lesquelles vous devez dire s'il vous arrive de vous endormir de temps en temps, souvent ou jamais. Au cinéma, en pleine conversation, etc. A l'issue du test, votre nombre de points est comptabilisé : au-delà de 10, vous êtes considéré comme somnolent, à des degrés divers. En pratiquant ce test sur les personnes sondées dans le cadre de l'enquête BVA/MGEN, les responsables de l'étude ont pu déterminer que 19 % des Français souffrent de somnolence.

Sommaire