Débarrassez-vous du bégaiement ! Génétique ou pas ? Les facteurs

Le bégaiement a beau être répandu et dater des temps les plus anciens, on n'en connaît toujours pas, aujourd'hui, les causes précises. Il faudrait mieux, en réalité, parler de facteurs favorisants et déclencheurs plutôt que de causes. A une exception près tout de même : les facteurs génétique et neurobiologique sont aujourd'hui reconnus. Mais ils sont loin de faire, à eux seuls, le bégaiement.

Parmi les autres facteurs de risque on note notamment :

 que les hommes sont trois fois plus touchés que les femmes.

 Qu'il débute le plus souvent entre 2 et 4 ans, rarement à l'âge adulte, sauf après un traumatisme important.

Mais surtout, on note un certain nombre de similitudes chez les enfants bègues. Certains traits de caractères ou situations reviennent fréquemment quand on étudie leur cas de plus près.

 L'enfant peut avoir mis du temps avant de commencer à parler.

 Le climat familial, d'une manière générale, joue un rôle important : il peut être tendu et stressant pour l'enfant. Parfois, les parents sont tout simplement "trop" exigeants avec l'enfant, qui finit par stresser à l'idée de ne pas les satisfaire.

 Le tempérament anxieux est d'ailleurs une constante chez les personnes bègues.

 Ils sont également souvent d'une nature volontaire, cherchant à atteindre la perfection.

Même si le schéma n'est pas constant, il n'est pas rare qu'un facteur déclenchant puisse être clairement identifié. Il n'est pas réellement la cause du bégaiement, mais il a contribué à le faire apparaître à un moment donné. Il ne s'agit pas d'un événement nécessairement négatif, même si les traumatismes figurent eux aussi dans la liste (séparations, accidents...). Ce peut aussi être tout simplement l'arrivée d'un nouvel enfant dans la famille, un déménagement ou un changement d'école, par exemple.

 

Sommaire