Comment éviter le mal des montagnes ?

Nous sommes inégaux devant le mal des montagnes : certaines personnes ne le ressentiront pratiquement pas, d'autres seront très mal dès 2 000 mètres.  © Ariane Citron - Fotolia.com

Voilà une maladie typiquement touristique, de plus en plus fréquente : le mal aigu des montagnes. Rien à voir avec le vertige ou le risque de chute liés à la randonnée : c'est une réaction du corps au manque d'oxygène provoquée par l'altitude. Heureusement, le corps s'adapte : accélération de la respiration, production de davantage de globules rouges, etc. Oui, mais... Il y a un temps d'adaptation, pendant lequel on peut ressentir divers symptômes (maux de têtes, nausées, essoufflement, fatigue, etc).  

 Que faire : redescendre ! Sinon, grimpez très progressivement. C'est tout le secret des ascensions réussies. Au-delà de 3 000 mètres, il est recommandé de grimper entre 300 et 400 mètres de dénivelé par jour. Et de se reposer une journée tous les 1 000 mètres.  

 Par prudence... : ne vous lancez pas dans un trek à peine arrivé à 3000 mètres d'altitude. Reposez-vous et hydratez-vous bien. Le Diamox®, un médicament qui réduit les symptômes, est parfois recommandé à titre préventif. A discuter avec votre médecin.