Antibiotiques : une nouvelle campagne pour expliquer la résistance bactérienne Une autre campagne pour les médecins

un simple examen n'est pas suffisant pour dire si l'angine est bactérienne ou
Un simple examen n'est pas suffisant pour dire si l'angine est bactérienne ou virale, d'où l'intérêt du test de diagnostic rapide, qui se réalise également dans le cabinet du médecin en quelques minutes. © Stockbyte / Thnikstock

Non, la Cnam n'a pas oublié que celui qui prescrit les antibiotiques c'est... Le médecin ! Les généralistes ont déjà largement contribué à la baisse de la consommation d'antibiotiques entre 2002 et 2007. Mais ils ont parfois du mal à lutter contre la pression des patients. Un véritable travail de communication doit donc également être réalisé auprès de ces professionnels.

Pour eux, l'Assurance maladie a choisi une communication personnalisée, via des entretiens en tête-à-tête avec des conseillers. Plusieurs dizaines de milliers d'entrevues ont déjà été réalisées cet hiver. De même, une table ronde organisée avec la presse médicale devrait permettre de mieux relayer l'information quant à la résistance bactérienne.

Pour les professionnels de la petite enfance aussi

Mais surtout, la Cnam va mettre gratuitement à disposition des médecins généralistes, pédiatres et ORL des tests de diagnostic rapide, qui permettent, en quelques minutes, de dire si le patient souffre d'une angine virale ou bactérienne.  Ce test très simple et qui se réalise dans le cabinet médical permet d'éviter la prescription abusive d'antibiotiques pour les angines d'origine virale (majoritaires). Or, il est largement sous-utilisé : moins d'1,5 million de tests commandés l'an dernier pour 8 à 9 millions d'angines diagnostiquées chaque année...

L'assurance maladie souhaite aussi soutenir les professionnels de la petite enfance, qui sont en contact quotidien avec les parents des jeunes enfants. Trois supports spécifiques seront ainsi distribués à large échelle, qui pourront les aider à donner aux parents les bons repères en termes de maladies infantiles et de leurs traitements.

Sommaire