Propolis : plus fort que le miel ? Attention au risque d'allergie en cas d'antécédant

les risques d'allergie sont faibles mais existent, y compris chez les
Les risques d'allergie sont faibles mais existent, y compris chez les apiculteurs. © iStockphoto beekeeper - Thinkstock

La propolis est donc pourvue de nombreuses qualités qui encouragent à son utilisation en médecine familiale et naturelle. Elle n'est pas un médicament mais peut être qualifiée de complément alimentaire et de produit naturel.

 Chez les enfants de moins de 3 ans et les femmes enceintes l'utilisation est déconseillée en raison de la présence d'alcool dans la teinture. De toute façon il convient de demander conseil à son pharmacien avant toute utilisation.

Françoise Sauvager va plus loin : "Je ne connais pas de contre-indication pour la femme enceinte mais attention au risque d'allergie à l'un des composé de la propolis ou si elle est allergique à l'extrait de bourgeon de peuplier, par exemple. Mais en tout état de cause la propolis n'a pas d'effet tératogène (sur le développement du fœtus, ndlr). La propolis est utilisable chez l'enfant à partir de 3 ans."

Le risque zéro n'existe pas. Si les réactions allergiques sont très rares, il convient d'éviter d'utiliser la propolis dans certains cas :

en cas d'allergie au baume du Pérou,

en cas d'allergie ou de réactions indésirables aux produits apicoles

en cas d'allergies multiples (pollen, etc.).

Allergie peu grave et non définitive

Les effets indésirables déjà constatés sont très peu nombreux, peu graves et réversibles. Entre 2002 et 2008 l'Italie a évalué à 20 cas de réactions allergiques à la propolis et il s'agit le plus souvent d'urticaires, d'asthme, d'insuffisance respiratoire et rénale (non définitive).

En cas de réaction allergique avérée à la propolis sachez qu'elle n'est pas irrémédiable comme l'explique Françoise Sauvager : "Plusieurs années plus tard la sensibilité à la propolis peut avoir totalement disparu sans qu'on l'explique."

Sommaire