34 millions de médicaments contrefaits saisis en Europe en deux mois

Le chiffre dépasse les pires estimations de la commission européenne. Le nombre de médicaments contrefaits disponible sur le marché ne cesse d'augmenter. Faux Viagra, faux antidouleurs mais aussi faux anticancéreux… Ces contrefaçons ne contiennent pas, ou très peu, de principe actif. Il a été remplacé par toutes sortes de substances plus ou moins toxiques : encre d'imprimante ou même poussière de briques. Mais le plus grand danger, c'est encore de ne pas être soigné, puisque le médicament n'est pas efficace. La France est relativement épargnée par ce phénomène : les médicaments contrefaits ne sont pas vendus dans les pharmacies. En revanche, ils peuvent toujours êtres commandés sur internet, via des sites situés à l'étranger notamment. Günter Verheugen, commissaire européen à l'Industrie, a déclaré au quotidien allemand Die Welt : « Je m'attends à ce que l'UE s'entende en 2010 pour que la voie empruntée par un médicament puisse être minutieusement suivie depuis sa fabrication jusqu'à sa vente. Il y aura ainsi des marques anti-contrefaçon sur les emballages et notamment un code-barre. » Selon le commissaire européen, chaque contrefaçon est une tentative d'hécatombe.
Pour en savoir plus, lire notre dossier Méfiez-vous des imitations.