Le plan français grippe A Vers une restriction des déplacements ?

"Le passage au niveau 6 du plan national de prévention et de lutte pandémie grippale pourrait être envisagé à la rentrée à la rentrée, sauf évidemment si nous observions une accélération rapide de l'épidémie dans le courant du mois d'août" a indiqué la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, le 22 juillet devant la presse. 

Si l'épidémie monte en puissance à la rentrée en septembre, des mesures plus radicales mais pas annoncées à ce jour, pourraient être prises, par exemple la fermeture des écoles et des crèches, des transports en commun ou l'interdiction des rassemblements publics. 

 Dans un premier temps, pour éviter la multiplication des cas, les pouvoirs publics pourraient décider d'interdire les liaisons de passagers avec les pays touchés et instaurer un contrôle aux frontières. 

  Si l'épidémie prennait de l'ampleur, les autorités pourraient être amenées à interdire les rassemblements de foule, voire à stopper les transports en commun. De même, les établissements scolaires pourraient être fermés, ainsi que d'autres établissements publics.

  Un "plan de crise" a également été élaboré pour que le pays puisse continuer à fonctionner. Selon le degré de gravité, les autorités sanitaires inciteraient administrations et entreprises à fonctionner selon un schéma précis (exemple : si on atteint le pic de l'épidémie, seules les personnes indispensables à l'entreprises viennent travailler, etc.).

L'Hexagone semble cependant bien préparé. Il ne reste donc plus qu'à garder son sang-froid si jamais cette grippe devait se répandre sur le territoire. Rappelons qu'elle n'a rien à voir avec la grippe de 1918. Non seulement le pays n'était pas préparé mais la population était affaiblie par des années de privation et, surtout, on ne disposait pas encore des antibiotiques pour lutter contre les surinfections. Aujourd'hui, nous avons, en France, toutes les armes nécessaires pour lutter. Mme Bachelot l'a confirmé "le plan Français est conçu pour faire face à un virus beaucoup plus létal que le virus que nous rencontrons".

Sommaire