Dr House est-il crédible ? Episode 2 : quand la mafia s'en mêle

Cette fois, House doit s'occuper d'un homme dans la trentaine, qui doit témoigner dans un procès contre la mafia puis bénéficier d'une nouvelle identité dans le cadre d'un programme de protection des témoins. Mais alors qu'il est en train de préparer son témoignage, il tombe brusquement dans le coma et se retrouve dans le service des diagnostics. Mais il se réveille et les examens reviennent normaux.

Le nouvel administrateur oblige House, pas satisfait, à le laisser sortir. Le patient revient deux heures plus tard sur un brancard : il a vomi et perdu connaissance. Aïe. Ca se complique et House adore ça. Les examens semblent révéler une hépatite C. Rien de bien grave, sauf que le Doc insinue devant le frère du malade que celui-ci l'a probablement contractée via un rapport sexuel avec un autre homme. Aïe. Il ne faut pas plaisanter avec la virilité des mafieux, le grand frère n'aime pas du tout et va même jusqu'à acheter House (avec une belle voiture rouge) pour que tout cela ne figure pas au dossier.
Mais le petit frère ne va pas mieux. C'est en soignant un autre patient en consultation de jour que House a l'inspiration : et si c'était une réaction aux protéines animales ? Un phénomène qui se produit dans le cadre d'une maladie mystérieuse comme le COT. Bingo ! Quant au taux anormalement élevé d'œstrogène qui l'avait fait hésiter, House l'explique par l'absorption d'un aphrodisiaque chinois très prisé des communautés homosexuelles. Le grand frère hésite mais finit par faire confiance à House et l'autorise à entamer le traitement. Qui fonctionne, bien sûr.
Pendant ce temps, l'administrateur s'est mis en tête de virer House, qu'il ne juge pas rentable, avec son cas hebdomadaire (en même temps, c'est vrai, House n'est pas rentable). Finalement, comme il ne peut pas s'attaquer à House, il s'en prend à Cuddy, qui défend son poulain bec et ongles. On sent que les ennuis arrivent...  

Le debrief

 Cette fois, l'intuition de House relève presque de la magie ! Admettons qu'il ait eu de la chance sur ce coup-là, il reste tout de même certaines choses improbables. Le patient est tombé dans le coma chaque fois qu'il a ingéré une forte dose de protéines, soit. Mais comment a-t-il fait pour les ingérer alors que l'hôpital le nourrit chichement ? Eh bien nous vous le donnons en mille : le grand frère s'est débrouillé pour lui faire parvenir un bon gros steak bien saignant ! Vous avez déjà séjourné à l'hôpital ? Vous imaginez un de vos proches en train de faire passer un steak fumant sous le manteau ? Cela semble tout de même difficilement envisageable.

 D'ailleurs, question sécurité, on a vu mieux : le patient est un témoin à charge contre la mafia. Et à part son frère, qui est aussi son avocat, il ne semble pas bénéficier d'une sécurité particulière... Dans la vraie vie, un truand ne l'aurait-il pas liquidé depuis longtemps, sur son lit d'hôpital ?

 Pour acheter quelqu'un, il y a peut-être plus discret qu'une voiture décapotable rouge avec un petit mot sur le pare-brise, non?

 Et puis Cuddy, qui dit détester House mais le défend comme son médecin le plus précieux, tout ça pour l'amour de la médecine ? A priori, il y a peu de directeurs d'hôpitaux qui seraient prêts à jouer leur place pour garder un médecin acariâtre qui passe son temps à lui faire des remarques désobligeantes sur la taille de son postérieur...

Sommaire