Cancer du poumon : une application pour détecter efficacement rechutes et complications

Une web-application inédite permettrait une détection précoce des rechutes dans des cas de cancer du poumon avancé, assurant ainsi une prise en charge plus efficace.

Cancer du poumon : une application pour détecter efficacement rechutes et complications
© Sivan Innovation

Lors de l'édition 2016 de l'ASCO (American Society of Clinical Oncology), le rendez-vous annuel mondial sur le cancer,  le Dr Fabrice Denis, oncologue à la Clinique Victor Hugo au Mans, a présenté les résultats d'une étude clinique, qui révèle que l'utilisation d'une application pour le suivi des patients atteints d'un cancer du poumon augmente leur taux de survie, comparé à un suivi plus classique.

L'application sur laquelle a porté l'étude s'appelle Moovcare. Il s'agit d'une web-application de détection de rechutes et de complications, après un premier traitement, chez des patients atteints d'un cancer du poumon à un stade avancé. Une fois par semaine, les participants de l'étude devaient se rendre sur une page internet sur laquelle ils saisissaient 12 paramètres cliniques différents (voix, essoufflement, état émotionnel, appétit, poids…). Ils avaient également la possibilité de laisser un message libre, pour poser des questions par exemple. La totalité des informations ainsi entrées par le patient, étaient ensuite transmises à son oncologue, qui procédait alors à leur analyse. Si le bilan laissait entrevoir une aggravation de l'état du malade, les examens de contrôle pouvaient être avancés, assurant ainsi une prise en charge précoce de possible complications de la maladie. "S'intéresser prioritairement aux symptômes, c'est redonner toute sa dimension à l'approche clinique et c'est remettre le patient au cœur du dispositif de prise en charge ", précise Fabrice Denis, dans le communiqué de presse

Une survie augmentée et des complications détectées précocement. L'étude opposait un groupe de patients suivis grâce à l'application et un groupe suivi de manière plus commune. Il faut savoir qu'actuellement, après un premier traitement, le suivi des patients atteints d'un cancer du poumon repose sur des examens d'imagerie médicale, en général un scanner thoracique, réalisés à des intervalles réguliers, le plus souvent tous les trois mois. Chez le groupe suivi par Moovcare, une augmentation significative de la survie des patients à été observée. L'utilisation de l'application a également conduit à une prise en charge plus rapide des complications, dès les premiers signes cliniques. "MoovCare améliore la pertinence des examens et des consultations. Il s'agit d'un outil de personnalisation du suivi du patient, permettant de réaliser au bon moment, le bon examen", souligne encore Fabrice Denis. Le cancer du poumon demeure l'un des cancers les plus meurtrier dans le monde. Son pronostic est souvent sombre car le diagnostic est, en général, tardif. Gagner du temps, en amont des rechutes, est donc un élément clef dans la prise en charge des patients.

Moovcare est actuellement en attente de l'obtention du marquage CE de conformation aux normes européenne, et n'est donc pas encore disponible sur le marché. Mais son succès donne déjà des idées. En effet, l'application, pour l'instant destinée à la détection des rechutes dans les cancers du poumon, devrait se décliner pour d'autres types de cancers, comme les lymphomes.

L'institut Curie a récemment lancé MyCurie, une application destinée aux patients de l'institut Curie. Elle permet, entre autre, de connaître ses prochains rendez-vous, mais aussi de savoir comment les examens se déroulent grâce à des vidéos explicatives. Disponible sur smartphone, tablette et ordinateur, le but de cette application est à la fois d'informer le patient, mais aussi de l'accompagner tout au long de son traitement. 

Ci-dessous, une vidéo de présentation de l'application Moovcare 


Lire aussi