Zika et microcéphalies : quel risque pour le nouveau-né ?

L'Institut Pasteur a évalué le risque de microcéphalie chez le nouveau-né lorsqu'une femme enceinte contracte le virus Zika pendant sa grossesse.

Zika et microcéphalies : quel risque pour le nouveau-né ?
© Piotr Marcinski - 123 RF

Depuis 2015, le Brésil a constaté une inquiétante et inhabituelle augmentation de cas de microcéphalies (malformations neurologiques) chez les nouveau-nés. Le virus Zika a rapidement été suspecté, étant donné la concordance de lieu et de temps entre les deux événements. Peu à peu, de nouvelles preuves virologiques, cliniques et expérimentales sont venues étayer cette hypothèse et confirmer le lien entre les microcéphalies et le virus Zika.

Si cette complication neurologique sévère inquiète les autorités sanitaires, on manquait jusqu'alors de données pour évaluer précisément le risque qu'un nouveau-né en soit atteint lorsque sa mère avait contracté le virus lors de sa grossesse. L'Institut Pasteur a pu quantifier ce risque et publie ses résultats dans la revue The Lancet. Les chercheurs ont effet analysé les données épidémiologiques relatives au virus Zika en Polynésie française, sur la période 2013-2014, tout en en s'appuyant sur un modèle mathématique.

Résultat : le risque de microcéphalie chez un nouveau-né est de l'ordre de 1 % lorsque la mère a été infectée par le virus Zika pendant le premier trimestre de la grossesse, alors que le risque n'est que de 0,02 % en temps normal. Les auteurs de l'étude expliquent que comparativement à d'autres pathologies associées à un risque de complication, le risque reste faible. Par exemple, chez une femme enceinte qui contracte la rubéole, le risque de complication grave du nouveau-né est évalué entre 38% et 100%. Néanmoins, ces résultats restent inquiétants, car "contrairement à la rubéole qui affecte moins de 10 femmes enceintes par an en France, la proportion de personnes infectées durant une épidémie de Zika peut dépasser 50%", précisent-ils.

Ces résultats confirment que les femmes enceintes doivent se protéger du virus Zika et éviter tout rapport sexuel non protégé pendant la durée de l'épidémie.

Lire aussi