Obésité maternelle et hérédité, augmentent les risques de diabète chez l'enfant

Selon une étude suédoise, les enfants de mères obèses ou de parents diabétiques auraient plus de risques que les autres de développer un diabète de type 1.

Obésité maternelle et hérédité, augmentent les risques de diabète chez l'enfant
© mocker_bat

De plus en plus d'enfants sont atteints d'un diabète de type 1, une maladie qui apparaît principalement pendant l'enfance ou l'adolescence et dont les principaux symptômes, soif et envie fréquente d'uriner, surviennent brutalement. 

Le lien héréditaire confirmé. Une étude suédoise, publiée mardi dans la revue médicale Diabetologia, confirme le lien héréditaire et les facteurs génétiques de prédisposition à la maladie. Selon les chercheurs, le diabète de type 1 serait plus fréquent chez les enfants dont les parents sont déjà diabétiques. Lorsque le père est lui-même diabétique par exemple, le risque de diabète chez l'enfant est multiplié par cinq et par trois lorsque la mère est atteinte de la maladie. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 1,2 million d'enfants suédois (nés entre les années 1992 et 2004), jusqu'à l'âge de 5 ans et 17 ans. A cet âge en 2009, 5 771 d'entre eux avaient développé un diabète de type 1. 

L'obésité maternelle aussi en cause. Selon l'étude, le risque de développer la maladie augmente de 33% chez les enfants nés de mères obèses (ayant un indice de masse corporelle supérieur à 30) au cours du premier trimestre de grossesse, par rapport aux enfants dont les mères ont un IMC normal (situé entre 18,5 et 25). 

"Les risques les plus importants ont été observés chez les enfants de parents eux-mêmes atteints de diabète de type 1", expliquent les auteurs de l'étude, qui précisent également que l'obésité et le surpoids pendant la grossesse peuvent aussi augmenter les risques de développer la maladie chez les familles n'ayant pas d'antécédents diabétique. Selon eux, la prévention du surpoids et de l'obésité chez les femmes en âge de procréer pourrait "contribuer à diminuer l'incidence des diabètes de type 1".

Quels sont les risques d'une prise de poids excessive pendant la grossesse ?  Selon une autre étude publiée dans la revue Obstetric and Gynecology, seule une femme sur trois prendrait le poids recommandé pendant la grossesse et 47% en prendrait trop. Et cela peut avoir des conséquences, à la fois sur la santé de la mère mais aussi sur celle de l'enfant. "La mère peut avoir des difficultés à perdre l'excès de poids pris pendant la grossesse, ce qui peut contribuer au développement ou à l'aggravation d'une obésité chez elle", précise le Pr Andrea Sharma, épidémiologiste à Atlanta et auteur de l'étude. Elle aurait aussi plus de risques de développer de l'hypertention artérielle ou un diabète gestationnel pendant sa grossesse, et d'avoir un gros bébé. Outre le diabète, l'enfant aurait, à son tour, plus de risques de développer des maladies cardiovasculaires à l'âge adulte.

Quel est le poids idéal pendant la grossesse ? Tout dépend du poids de la mère avant la grossesse. Il faut donc prendre en compte l'indice de masse corporelle (IMC). Généralement, lorsque l'IMC se situe entre 18 et 25, le médecin peut recommander jusqu'à 16 kilos de prise de poids pendant la grossesse. Pour les futures mamans ayant un IMC compris entre 25 et 30, elles peuvent prendre jusqu'à 11 kilos, tandis que les femmes obèses, dont l'IMC est supérieur à 30, elles ne devront pas dépasser entre 7 et 9 kilos pendant leur grossesse. 

Pour calculer votre indice de masse corporelle pendant la grossesse, cliquez ici !

Lire aussi