Candidoses vaginales : que faire ? L'examen gynécologique est indispensable au diagnostic

etape indispensable : le prélèvement des leucorrhées pour y rechercher candida.
Etape indispensable : le prélèvement des leucorrhées pour y rechercher Candida. © endostock - Fotolia

La consultation médicale débute par le recueil des symptômes par le médecin. Ensuite, il effectue un examen clinique afin de confirmer son diagnostic. Il s'agit d'un examen gynécologique simple permettant de chercher un érythème, un œdème de la vulve ou parfois des fissures. Cet examen permet également de réaliser un prélèvement vaginal à l'aide d'un écouvillon. Ce prélèvement sera ensuite analysé au microscope.

Pour les hommes, un prélèvement des sécrétions a souvent lieu dans l'optique de traiter le couple et d'éviter les infections à répétition.

Déterminer la mycose

La mise en culture pour déterminer le type de l'espèce infectieuse nécessite 24 h à 48 h d'incubation. Cependant, une culture positive ne signifie pas automatiquement une candidose vaginale puisque des femmes peuvent être porteuses saines (sans symptômes) et donc avoir une culture positive. L'espèce la plus courante est Candida albicans. On la retrouve dans plus de 90 % des candidoses vaginales.

Des tests diagnostiques sont aujourd'hui disponibles pour les gynécologues qui souhaitent identifier rapidement la cause de la mycose. Ils permettent un traitement adapté et donc efficace.

 

Sommaire