Vaginisme : quand les rapports sexuels sont synonymes de douleurs "Il est difficile de surmonter les pensées négatives du vaginisme"

Cathy a 24 ans, un enfant, et souffre de vaginisme. Malgré une tentative de traitement après son accouchement, elle souffre toujours.

"Je souffre de vaginisme et de dyspareunies depuis mon premier rapport sexuel. Celui ci s'étant très mal passé, je n'ai jamais eu une vie sexuelle comme tout le monde. J'ai ce problème depuis mes 16 ans, j'en ai aujourd'hui 24.

Les exercices me paraissaient beaucoup trop durs à surmonter.

Il y a 3 ans, j'ai mis au monde mon enfant, ce fut une grande étape dans ma vie mais aussi beaucoup de souffrances et d'épreuves à surmonter. Je suis une personne très anxieuse et mon blocage m'a énormément compliqué les choses. Ma vie sexuelle en est bouleversée mais j'arrive quand même à avoir des rapports réguliers avec mon conjoint.

Il y a certaines périodes où tout m'est impossible et d'autres où tout se passe assez bien. Il m'arrive souvent de rêver d'être un homme ! Car il est difficile de surmonter les pensées négatives du vaginisme et d'accepter son corps. Les gens ne connaissent pas assez ce problème de femmes et c'est bien dommage.

Y penser le moins possible.

Après mon accouchement qui avait empiré les choses, j'ai commencé une thérapie chez une sexologue. Malheureusement les exercices demandés me paraissaient beaucoup trop durs à surmonter, j'ai très vite tout arrêté. Je n'ai rien trouvé pour améliorer mon problème, à part y penser le moins possible !

Sommaire