Ronde, et alors ? Se détacher du regard des autres

 "L'enfer, c'est les autres" disait Jean-Paul Sartre. Pour certaines d'entre vous, le regard des autres est un véritable obstacle à la confiance en soi. Difficile de faire abstraction.

Agnès vit à La Réunion. Pendant longtemps, la culture locale appréciait les formes pulpeuses, mais aujourd'hui, elles sont devenues le signe d'une mauvaise santé : "Les gens ici sont très "regardants", avant les rondeurs faisaient notre charme des îles, plus maintenant ! J'ai toujours eu des formes généreuses et je n'ai jamais eu de problèmes de santé."
Et parfois même, les critiques ne se limitent pas à un regard : "J'ai tout pour plaire ! Pourtant, sans que je ne le demande, on me propose toujours le dernier régime à la mode, on me conseille toujours une salle de sport... Des exemples comme ça j'en ai plein ! Dommage que les gens n'aient pas encore compris que le monde est diversité !"

"Dommage que les gens n'aient pas encore compris que le monde est diversité !"

Pour s'en défendre, Anne se plaît à penser que chaque personne possède un complexe. Quant à Mauricette, elle a compris que le plus important, c'était elle : "Le regard des autres m'importe moins que le mien... Et celui des hommes me prouve que j'ai raison ! Je m'assume mieux et je sais que le poids est bien peu important par rapport à d'autres "misères humaines ". J'ai compris que c'est en m'acceptant comme je suis que "les autres" m'accepteront et m'aimeront aussi !" Bien dit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire