En quoi un "psy" peut-il m'aider ?

"Je pleure tous les jours sans savoir pourquoi", "je fais des crises de panique de plus en plus souvent", "je n’arrive pas à vivre sans lui", "j’aimerais redevenir celle que j’ai toujours été", "pourquoi je n’arrive pas à faire face depuis cette agression ?"

Autant de doutes, de questionnements, de craintes, qui amènent à faire une demande d’aide. Mais quel est l’intérêt d’aller consulter ? Tout dépend bien sûr des difficultés que vous rencontrez, mais aussi de ce que vous attendez d’une thérapie et de votre capacité à vous investir dans cette dernière.

A mon sens, différents cas de figure président à cette démarche, mais avec des points communs : le besoin de compréhension sur ce que vous vivez et la volonté "d’aller mieux".

Sans être en grande souffrance, vous avez peut-être besoin d’un éclairage sur votre situation, vous êtes en demande de conseils, d’aiguillage (réorientation professionnelle ou scolaire, éducation des enfants, séparation...). Il pourra alors s’agir d’entretiens d’aide à la décision, qui s’inscriront dans le cadre d’une thérapie brève (quelques séances).

Mais il se peut aussi que le mal-être (psychique et physique) devienne invalidant au quotidien, et la confusion, l’angoisse, la peur, la tristesse… vous amènent à faire cette démarche. Pourquoi ? Pour comprendre votre état, ce qui a généré cette souffrance, et surtout, trouver les solutions à mettre en place pour retrouver un épanouissement personnel, ou parfois même, "se" retrouver. Très souvent et heureusement, vous pouvez trouver un soutien dans votre entourage. Pour autant, vous avez besoin d’avoir un regard extérieur et de pouvoir vous livrer sans crainte du jugement de ceux que vous aimez. En fonction des difficultés rencontrées différentes approches thérapeutiques peuvent vous être proposées.

Enfin, il y a ceux et celles qui souffrent de pathologies mentales ou de troubles chroniques (trouble bipolaire, schizophrénie, addiction, anorexie…), nécessitant un accompagnement psychologique adapté, à plus long cours, souvent couplé à une aide médicamenteuse.

Quelques approches thérapeutiques en bref : pour qui ? pourquoi ?

-La psychanalyse : pour des personnes désireuses de faire un travail d’introspection au long cours, souvent sur plusieurs années.

-Les thérapies brèves : En travaillant sur les ressources du patient, cette approche thérapeutique, permet de trouver des solutions rapides et efficaces aux problèmes rencontrés. Le thérapeute y est proactif et il s’agit d’un véritable travail de co-construction qui est mené avec le patient.

-La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : approche de choix pour le traitement des phobies, troubles anxieux, troubles du comportement…elle permet, par des mises en situations et exercices variés, de soulager en quelques séances les symptômes invalidants. Là encore, le "psy" et le patient travaillent ensemble et de manière interactive.

Mais aussi l’EMDR (traitement des traumatismes), l’hypnose (travail de deuil, arrêt du tabac, douleurs chroniques…), la thérapie systémique (difficultés familiales, conjugales…), l’analyse transactionnelle (difficultés relationnelles, de communication…) Et bien d’autres encore !

Quelques conseils pour cette démarche :

- Lors de votre prise de contact par téléphone, renseignez-vous sur l’approche thérapeutique du professionnel et exposez brièvement votre problématique. Le "psy" devrait déjà pouvoir vous aiguiller et vous orienter vers un confrère s’il ne peut vous venir en aide par rapport aux difficultés que vous rencontrez.

- Assurez-vous du tarif des consultations qui est très variable d’un professionnel à un autre.

- Rappelez-vous que seuls les psychiatres sont remboursés par la sécurité sociale. Toutefois, de plus en plus de mutuelles prennent en charge une partie des séances chez des psychologues.

Gardez en mémoire que cette démarche est très personnelle et qu’elle vous appartient. Elle peut parfois être pénible, car confronte à une certaine forme de souffrance, mais, si vous vous sentez prête à la faire, c’est que c’est sans doute le bon moment pour vous.

> A lire aussi : Vous avez dit "psy"?

Crédit photo : dalaprod - Fotolia.com