Boire du vin, juste un peu

On retrouve les propriétés anti-oxydantes du vin dans le raisin. © Sandra Cunningham_Fotolia

Et si le vin rouge avait vraiment un rôle protecteur sur notre cœur ? Voilà qui arrangerait les affaires de pas mal de monde. Alors info ou intox ?  

Si l'alcool favorise l'hypertension, qu'il est très calorique et qu'il est déconseillé aux diabétiques, reste que le vin à faible dose a un effet protecteur sur les artères. Par faible dose, on entend un à trois verres quotidiens. Selon les études, les non-consommateurs de vin sont en effet plus exposés aux événements cardio-vasculaires que ceux qui en boivent un peu.

Son action protectrice viendrait des polyphénols qu'il contient et en particulier du resvératrol, pour ses propriétés antioxydantes. Le vin protégerait ainsi le mauvais cholestérol de l'oxydation, le rendant ainsi moins toxique. Par ailleurs, il pourrait diminuer la formation des caillots sanguins et fluidifier le sang, à la manière de l'aspirine.

"Reste qu'il est très difficile de s'en tenir à une consommation modérée... Et surtout, l'alcool, y compris le vin, entraînent bien d'autres problèmes de santé et d'accidents", modère le Pr Claude Le Feuvre.

 A savoir : ces résultats concernent uniquement le vin. Ca ne marche ni avec la bière, ni avec le pastis.