Tout savoir sur la presbytie La chirurgie de la cornée, l'option de référence

plusieurs techniques coexistent pour réduire la presbytie de manière
Plusieurs techniques coexistent pour réduire la presbytie de manière chirurgicale. © Nadege Petrucci - Fotolia.com

La technique la plus courante et la plus ancienne consiste à travailler sur la cornée, cette partie du globe oculaire transparente et légèrement saillante que l'on peut sentir à la surface de l'œil. Elle assure à elle seule les deux tiers du pouvoir optique de l'œil.

 La technique du laser, ou presby-lasik va permettre de modeler une cornée multifocale. "On change les courbures de la cornée pour augmenter les profondeurs de champ", explique le Pr Cochener.

 Cette technique s'adresse surtout aux personnes à la fois presbytes et hypermétropes jeunes : en effet, elle est efficace pour les petites déformations (1 ou 2 dioptries). Par ailleurs, le cristallin doit être encore bien transparent sinon les bénéfices seront moins ressentis. Les patients souffrant d'un début de cataracte, par exemple, ne peuvent donc pas avoir recours au presby-lasik.

 Une autre opération au laser tend à se développer : l'Intracor. Ce laser, d'un type différent, va réaliser un traitement en cercle de la cornée, là encore pour changer sa courbure. Seul l'œil non dominant sera traité car il est possible que le patient perde très légèrement en vision de loin. "Cette technique est un peu plus rapide pour le chirurgien, mais très peu de cabinets sont équipés pour le faire", explique Béatrice Cochener.

 Une toute nouvelle technique liée au presby-lasik et à l'intracor, le supracor, permet d'obtenir une bonne vision de loin et de près mais aussi intermédiaire.

 Une technique plus récente consiste à aller travailler sur les lenticules, qui se trouvent sous la cornée. On va introduire une petite optique (on parle d'un inlay) au centre de la cornée, afin de réduire le diamètre de la pupille, augmentant ainsi la profondeur de champ. Là aussi, on ne travaille que sur l'œil non directeur, pour s'assurer que l'autre œil garde une bonne vision de loin.

Toutes ces techniques sont rapides et pratiquement indolores. Généralement, le patient peut vaquer à ses occupations habituelles dès le lendemain.

Sommaire