Opération de la cataracte : comment ça se passe ? A quel stade opérer ?

L'opération chirurgicale est la seule et unique manière de traiter une cataracte. Cette opacification du cristallin, sorte de lentille située derrière l'iris qui permet la mise au point et la formation d'une image nette de l'objet sur la rétine, est en effet irréversible.

Elle se déclare généralement vers la soixantaine et évolue plus ou moins rapidement et avec plus ou moins d'intensité selon les cas. La plupart du temps, les deux yeux sont touchés de façon inégale. De la simple baisse de luminosité à la cécité totale, la cataracte altère notablement la vision et, donc, la qualité de vie.

Autrefois, il était d'usage d'attendre que la cataracte soit "mûre" pour opérer. Aujourd'hui, ça n'est plus le cas : au contraire, il est conseillé de l'opérer dès que la baisse de la vision altère notablement la qualité de vie.

Même s'il existe des facteurs de risques identifiés (diabète, sclérodermie, maladies de la thyroïde, maladie de Steinert (maladie neurologique)), généralement, les causes même de la cataracte ne sont pas bien définies.

Une fois que la maladie s'est installée, les symptômes suivants l'accompagnent :

 Une baisse évolutive de la vision, sur plusieurs mois.

 De multiples gênes telles que les sensations d'éblouissement ou de brouillard, la plupart du temps de nuit.

 Une perception fade et moins vive des couleurs.

 Une vision voilée : l'environnement paraît comme s'il était derrière un voile plus ou moins opaque.

 Plus rarement, une vision double, même d'un seul œil.

Si vous souffrez de ces troubles, il ne faut pas se dire que c'est normal, que c'est l'âge... Non : il est possible d'y faire quelque chose et il ne faut pas hésiter à aller consulter un ophtalmologiste.

L'opération, l'unique traitement possible

L'examen au biomicroscope, pour observer et préciser le niveau exact de l'atteinte de l'épaisseur du cristallin et du degré d'opacité permet au spécialiste de confirmer le diagnostic.

Il pratique également un examen du fond de l'œil pour éliminer toute atteinte rétinienne associée.

Aucune technique ni traitement ne peut parvenir à restaurer la transparence d'un cristallin opacifié, une fois que la cataracte se trouve à un stade bien avancé. La seule solution qui s'offre au malade est l'ablation chirurgicale du cristallin malade, remplacé par un cristallin artificiel. Intervention courante aujourd'hui, la chirurgie permet dans 90 % des cas de retrouver une vision normale. Dans les cas où cela ne fonctionne pas, ce sont généralement d'autres problèmes oculaires (dégénérescence maculaire liée à l'âge ou glaucome) qui empêchent le patient de recouvrer une bonne vision.

Une fois la décision d'opérer la cataracte confirmée, l'ophtalmologiste va effectuer une biométrie pour déterminer avec précision la puissance du cristallin artificiel qui sera implanté.

D'autres examens médicaux (examens biologiques et électrocardiogrammes) sont également pratiqués avant l'opération. A noter que l'opération est prise en charge à 100 % en secteur 1 (tarif conventionné).

Cataracte