Symptômes et traitements de la fibromyalgie Les causes de la fibromyalgie : encore mal déterminées

La fibromyalgie se manifeste le plus souvent par des douleurs qui touchent l'ensemble du corps. Ses causes demeurent incertaines.

Au fil du temps, il a tout de même été permis de déterminer des facteurs communs d'aggravation ou d'atténuation de la maladie. Ainsi, les douleurs augmentent quand :
- Le malade est soumis à un stress.
- Il évolue dans une atmosphère humide.
- Il a eu des activités qui l'ont fatigué.
A l'inverse, la situation tend à s'améliorer lorsque :
- Le malade prend le repos nécessaire.
- Il évolue dans un climat sec et chaud.
- Les facteurs de stress ont été supprimés.

un choc qui ne provoque aucune blessure peut suffire à déclencher une
Un choc qui ne provoque aucune blessure peut suffire à déclencher une fibromyalgie latente. ©  Fred Goldstein - Fotolia.com

Plusieurs facteurs déclencheurs de la maladie ont également été identifiés. D'une manière générale, il s'agit d'un traumatisme, qu'il soit physique (coup du lapin, accident, etc.) ou psychologique (deuil, séparation...). "Les symptômes peuvent apparaître très vite, dans les semaines qui suivent", souligne Alain Leseine. Pour autant, ce n'est pas en évitant ces traumatismes que l'on évitera la maladie, qui peut apparaître en dehors de toute circonstance favorisante.
D'un point de vue scientifique, l'observation des malades a montré que tous subissaient "un trouble de modulation de la douleur, explique le Pr Blotman. Ainsi, face à un stimulus non douloureux pour les personnes non malades, eux ressentent une douleur exagérée. Une perturbation du système nerveux central entraîne des douleurs inappropriées dans les muscles, un peu à la manière des membres fantômes qui font mal." "Pour un même stimulus, nous ressentons une douleur plusieurs dizaines de fois supérieure à la "normale"", précise Alain Leseine. Pourquoi ? "On a des théories, mais aucune certitude, regrette Francis Blotman. On constate que les muscles sont souvent plus contractés que la moyenne mais ce n'est pas une explication causale. En outre, il pourrait y avoir une anomalie de la vascularisation cérébrale, au niveau de l'ère d'anticipation et d'intégration de la douleur, qui entraînerait un fonctionnement différent de celui des sujets normaux. Mais cela reste à approfondir."
D'autres pistes sont également envisagées, comme une modification du fonctionnement des neuromédiateurs de la douleur, par exemple ou encore la perturbation du système sympathique (système nerveux émanant de la moelle épiniète), ce qui expliquerait la frilosité dont sont victimes certains malades. "Mais le point de départ de la fibromyalgie, on ne le connaît toujours pas", résume le professeur Blotman.

Sommaire