Ronflements : et si c'était de l'apnée du sommeil ? Un trouble respiratoire uniquement nocturne

l'apnée du sommeil nuit à la qualité du repos.
L'apnée du sommeil nuit à la qualité du repos. © Andres Rodriguez - Fotolia

"Le survenue de l'apnée du sommeil est relativement simple : en plein sommeil, un blocage au fond de la gorge entraîne un arrêt (ou une diminution de plus de 90 %) de la respiration, explique le Dr Marc Blumen, otorhinolaryngologiste (ORL), à l'hôpital Foch à Suresnes et au Centre Médical Veille-Sommeil de Paris."

Suite à cet arrêt, le cerveau est mal oxygéné. Il réagit et entraîne le réveil du malade.

L'apnée du sommeil est difficilement évoquée car comme son nom l'indique, elle survient uniquement la nuit. Par contre, le témoignage du conjoint peut aider à penser à cette pathologie. On parle plus généralement du syndrome d'apnée du sommeil (SAS).

2 fois plus d'hommes touchés

Il concerne 2 à 4 % de la population générale entre 30 et 60 ans. Il est plus souvent retrouvé chez les personnes qui souffrent de problèmes cardiovasculaires (hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral (AVC)). Le SAS est très fréquent chez les insuffisants cardiaques où la prévalence oscille entre 47 % et 76 % selon les études.

Le facteur de risque principal est le surpoids. Cependant, l'index de masse corporelle n'est pas toujours corrélé à la sévérité du SAS. Un surpoids n'implique pas nécessairement un SAS. A l'inverse, l'absence de surpoids n'élimine pas un SAS. Les autres facteurs de risque sont l'âge, le sexe masculin, les antécédents familiaux.

Sommaire