Garder l'ouïe fine : dix éléments de réponse La surdité de l'enfant, un handicap surmontable

plus tôt la surdité de l'enfant est détectée, plus il aura de chances de se
Plus tôt la surdité de l'enfant est détectée, plus il aura de chances de se développer au même rythme que ses camarades. © JPC-PROD - Fotolia

La France compte environ 450 000 enfants de moins de 18 ans sourds ou malentendants. Au total, trois naissances pour mille, avec une forte prévalence dans certaines familles (jusqu'à 15 pour mille).

Cette surdité trouve des origines diverses. Elle peut être de nature génétique, ce qui explique que certaines familles soient plus touchées que d'autres. Une maladie infectieuse de la maman lors de la grossesse (toxoplasmose par exemple), une méningite ou encore des otites à répétition peuvent également constituer des explications à la surdité de l'enfant.

Il est primordial pour le développement de l'enfant de dépister la déficience auditive le plus tôt possible, faute de quoi elle pourrait être source de retard de développement. Non sollicitées, les voies nerveuses structurant la perception sonore au niveau cérébral ne se développeront pas. Certains signes doivent alerter les parents. Un nourrisson qui ne réagit pas aux bruits, dont le sommeil est étrangement calme, un enfant qui ne reconnaît pas son nom à un an ou, plus tard, tarde à parler : ces phénomènes doivent donner lieu à consultation. Il est aujourd'hui possible de détecter la surdité avant même la naissance.

De nombreuses solutions

Si les troubles de l'audition sont avérés, pas de panique ! La surdité reste certes un handicap de taille dans notre société, mais il existe aujourd'hui de nombreuses solutions qui permettront à l'enfant de vivre comme ses camarades.

 Avant toute chose, il est nécessaire de le faire suivre par un orthophoniste. Généralement, l'enfant n'a aucune impossibilité physiologique de parler, mais comment reproduire des sons que l'on n'a jamais entendus ? L'orthophoniste est là pour l'aider à acquérir la parole.
 Les solutions thérapeutiques dépendront de la nature de la surdité. S'il s'agit d'une surdité de transmission (oreille externe ou moyenne), différentes opérations sont envisageables, de la simple ablation des végétations à la greffe tympan-osselets qui est aujourd'hui réalisable. Aujourd'hui, on peut même créer un conduit auditif, un tympan et remodeler des osselets. Cette opération très délicate n'est toutefois réalisable qu'à partir de 7 ou 8 ans.
 Lorsqu'il s'agit d'une surdité de perception, les fameux implants cochléaires à multi-électrodes font désormais des miracles et permettent de rendre une capacité d'audition à des enfants qui seraient restés sourds il y a quelques années.
 Restent bien sûr les prothèses auditives dont les enfants peuvent bénéficier comme les adultes. Elles ne sont pas suffisantes pour que le sourd profond puisse entendre correctement, mais il peut ainsi percevoir des sons et des bribes d'informations ainsi que percevoir sa propre voix.
Parallèlement, l'enfant devra apprendre à lire sur les lèvres et à utiliser le langage des signes, pour communiquer de la façon la plus complète possible avec son entourage. Les parents doivent eux aussi s'initier à la langue des signes française (LSF), afin d'avoir des échanges optimaux avec leur enfant.
 L'enfant doit bien sûr suivre une scolarité la plus normale possible. Selon son degré de handicap, sa faculté d'adaptation, il pourra suis les cours dans une classe spécialisée ou dans un milieu scolaire traditionnel.

 

Sommaire