BPCO : encore trop de malades qui s'ignorent

La broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO) pourrait devenir la 3e cause de mortalité dans le monde d'ici 2030 selon l'OMS. A l'occasion de la journée mondiale, l'accent est mis sur le tabagisme, responsable de 80 % des cas de BPCO.

BPCO : encore trop de malades qui s'ignorent
© Coka - Fotolia.com

La BPCO touche 3,5 millions de Français et est actuellement la 4e cause de mortalité dans le monde. Et pourtant, elle reste une maladie sous estimée et méconnue du grand public. C'est le tabac qui est la principale cause de cette maladie respiratoire chronique, qui se caractérise par une obstruction lente et progressive des voies aériennes. La Fondation du Souffle, qui axe cette année sa campagne d'information sur le tabac note que "plus on commence à fumer jeune, plus le risque de dépendance est élevé, et plus le risque de BPCO augmente". La campagne "BPCO, On ne joue plus ! Fumer, c'est perdre !", au ton volontairement décalé, insiste sur l'importance d'agir très en amont, compte tenu de la progression sournoise de la maladie après 20 ans de tabagisme, pour éviter que les prochaines générations ne soient touchées par ce fléau. Par ailleurs, la Fondation du Souffle rappelle que "tousser, cracher, ce n'est pas normal" et que le grand public minimise encore aujourd'hui les symptômes, ce qui fait perdre un temps précieux dans le diagnostic de la maladie.
Même si la BPCO ne se guérit pas, une prise en charge adaptée permet cependant d'améliorer la qualité de vie des patients. En particulier, l'activité physique est essentielle tant pour la qualité de vie, que pour le maintien du capital respiratoire. Essoufflé par le moindre des efforts physiques, le malade souffrant de BPCO a naturellement tendance, sans même en avoir conscience, à limiter ses activités. La qualité de vie se détériore progressivement et le malade s'isole inéluctablement sur le plan social et familial. Le manque d'activité quotidienne induit par ailleurs une détérioration des muscles et un déconditionnement à l'effort. Pour le malade, il devient alors essentiel de retrouver le goût de sortir de chez soi, de se sentir mieux et entouré. La Journée mondiale de la BPCO est aussi l'occasion de promouvoir l'ensemble des initiatives qui permettent d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de BPCO. Aussi, les patients, familles ou proches ont la possibilité de partager des vidéos sur le site www.bougeons-en-famille.com, lancé par Novartis en partenariat avec la FFAAIR (Fédération Française des Associations et Amicales de malades Insuffisants ou handicapés Respiratoires), le Groupe Alvéole de la SPLF (Société de Pneumologie de Langue Française) et le CNMR (Comité National contre les Maladies Respiratoires).

En savoir plus

Un site Internet : www.lesouffle.org pour connaître les initiatives de proximité, télécharger les informations et un questionnaire permettant de déterminer si l'on est concerné par la maladie.

Des actions de sensibilisation et de dépistage sur des lieux publics dans plus de 50 villes à l'initiative des Comités départementaux de Lutte contre les Maladies Respiratoires et de la Fédération Française des Associations et Amicales des malades Insuffisants ou handicapés Respiratoires (FFAAIR).