Réapprendre à parler après un cancer du larynx

Essentiellement dûs au tabagisme, les cancers du larynx peuvent entraîner l'ablation totale ou partielle de ce dernier, et parfois une perte de la voix. Mais des solutions existent.

Le cancer du larynx touche environ 4 000 Français par an, dont la quasi-totalité est constituée d'hommes entre 50 ans et 75 ans. Attention à ne pas confondre le larynx et le pharynx ! Si les deux se situent au niveau de la gorge, le premier sert à laisser passer l'air dans les poumons et joue un rôle dans la voix, grâce aux cordes vocales. Par contre, le pharynx, lui, qui se prolonge par l'oesophage, sert au transport des aliments.

 

Le cancer du larynx est généralement dû, soit au tabagisme, soit à une consommation excessive d'alcool, sachant également que le fait d'inhaler de l'amiante ou d'autres produits toxiques peut favoriser son apparition. Lorsqu'il se développe sur les cordes vocales, le cancer du larynx a toutes les chances d'être détecté assez rapidement grâce à des symptômes significatifs qui poussent à la consultation : l'enrouement, la voix cassée mais également des crachats contenant du sang, une fatigue, une perte de poids, une toux persistante ou encore la présence d'une masse sur le cou. La douleur et les difficultés à respirer, quant à elles, apparaissent beaucoup plus tardivement.

Pour traiter ce type de cancer, l'ablation de la tumeur, éventuellement complétée par une radiothérapie est la méthode la plus préconisée par les médecins. La chimiothérapie peut également venir en complément pour soulager la douleur et réduire la tumeur, mais elle a peu de chances de guérir le patient. Tout dépend finalement de la localisation et de l'étendue de la tumeur, de l'âge et de la condition du patient.

Lorsque l'ablation est nécessaire, elle peut être soit partielle, soit totale lorsque l'état de la tumeur l'exige.

Rééducation vocale

Dans les cas des ablations partielles du larynx, la voix peut être sérieusement endommagée, tout comme l'alimentation et la respiration. D'ailleurs, ce type d'intervention nécessite un suivi post-opératoire prolongé : une trachéostomie provisoire peut être pratiquée pour faciliter la respiration. Cette opération consiste à pratiquer une ouverture artificielle dans la trachée qui se termine maintenant sur la face du cou, et dans laquelle le malade insère une canule qui lui permet de respirer. Une rééducation vocale, à l'aide de kinésithérapeutes et d'orthophonistes peut également aider à recouvrer la voix. De nombreuses méthodes sont à la disposition des patients pour la rééduquer. A noter que de la plupart se plaignent de la leur qui leur parait trop rauque et voilée.

3 méthodes principales

Pour les personnes ayant subi une ablation totale du larynx, il n'est plus possible d'utiliser les cordes vocales pour la parole. Néanmoins, il subsiste d'autres moyens de produire des vibrations sonores : la voix oesophagienne, l'électropharynx ou la fistule trachéo-oesophagienne (FTE).

  Voix oesophagienne : il s'agit d'apprendre au sujet à déglutir, puis à expulser graduellement l'air de l'oesophage, comme lors d'une éructation, pour fabriquer des sons. C'est une méthode difficile à apprendre, voire difficile à comprendre pour certains patients mais elle présente l'avantage de ne requérir ni intervention chirurgicale, ni pose d'aucun dispositif mécanique.

  Electropharynx : c'est un dispositif vibrant qui produit un son lorsqu'on appuie sur le cou. L'inconvénient majeur de ce dispositif est qu'il nécessite l'utilisation d'une batterie et qu'il doit toujours être gardé à portée de main du patient.

 FTE : c'est une valve unidirectionnelle insérée chirurgicalement entre la trachée et l'oesophage. Cette valve dévie l'air à l'intérieur de l'oesophage lors de l'inhalation d'air et produit ainsi un son. Ce dispositif nécessite lui aussi un entraînement important mais permet, à terme, de produire une voix compréhensible avec une fluence correcte. Bien que la valve puisse rester en place plusieurs mois, elle doit tout de même être entretenue régulièrement.

 

En savoir plus

 

Des questions, des témoignages à apporter ?

Venez-en discuter sur le forum santé !