Aides auditives : une prise en charge insuffisante Des progrès technologiques très rapides

beaucoup de progrès technologiques ont été faits ces dernières années sur les
Beaucoup de progrès technologiques ont été faits ces dernières années sur les prothèses auditives, notamment en termes de miniaturisation. © iStockphoto/Thinkstock

Il y a quelques années, c'était le sonotone. Puis les appareils auditifs, externes ou internes, sont apparus. Avec leurs aléas : le son était souvent décrit comme métallique, mauvais. Beaucoup de patients se plaignaient soit d'une absence d'amélioration, parfois même d'une détérioration de leur qualité d'audition. Dans les environnements bruyants, notamment, elles avaient parfois l'impression que le bruit de fond était amplifié tandis que les voix restaient imperceptibles.

Les choses ont bien changé. Soyons clair : les appareils auditifs ne vous permettront jamais de retrouver l'audition de vos 20 ans. Comme il est impossible de réparer les cellules ciliées endommagées, il faut s'adapter et ça n'est jamais aussi bien qu'au naturel. Mais des progrès considérables ont eu lieu à plusieurs niveaux.

 Le développement des appareils numériques a permis de réduire les bruits parasites.

 Les batteries rechargeables se sont aussi développées, évitant d'avoir à changer les minuscules piles trop souvent.

 Ils sont également devenus beaucoup plus petits, et donc plus discrets, qu'auparavant. Il existe d'ailleurs des modèles intra-auriculaires, que l'on ne voit quasiment pas. Quant aux contours d'oreille actuels, une simple mèche de cheveux suffit à les camoufler.

Des améliorations qui ne sont pas passées inaperçues côté utilisateurs : selon l'enquête EuroTrak 2009, les patients dont les appareils ont moins de deux ans sont plus satisfaits que les autres.

Pour convaincre les personnes malentendantes qui, aujourd'hui encore, auraient des doutes quant à l'efficacité de ces prothèses, il est aujourd'hui possible de les essayer pendant quelque temps, sans engagement, avant de les adopter ! C'est qu'avant de pouvoir les utiliser efficacement, il faut s'y habituer.

Des défis restent toutefois à relever.

 Aujourd'hui encore, les fabricants peinent à trouver une technique qui réduirait le bruit de fond pour laisser plus de place à la voix de l'interlocuteur.

 Des effets larsen particulièrement désagréables surviennent trop souvent selon près d'un quart des personnes interrogées.

 La question du prix, souvent très élevé reste le reproche principal fait par les utilisateurs.

Sommaire