Psycho-généalogie : faites la paix avec vos ancêtres Une méthode souvent efficace pour aller mieux rapidement

Difficile, bien sûr, de mesurer l'efficacité d'une thérapie, qui ne peut pas avoir les mêmes effets d'une personne à l'autre. Certains éléments permettent tout de même de distinguer les résultats de la psycho-généalogie de ceux des autres méthodes de soins. 

 Elle fonctionne particulièrement bien pour les personnes qui ressentent un malaise profond dont elles ont l'impression qu'il les dépasse. Elles sont souvent complètement incapables de déterminer une raison ou une autre pour laquelle elles n'iraient pas très bien, alors que tout dans leur vie semble parfait. Leurs angoisses et leurs questionnements leur semblent irrationnels.

 Il n'est pas rare que l'effet "guérison" soit spectaculaire. Le simple fait de comprendre d'où l'angoisse provient peut enclencher un déblocage quasi-immédiat. D'autant que la personne qui consulte comprend alors qu'elle n'a finalement rien, dans sa vie à elle, qui cloche. Se sentir libéré d'un tel poids peut aider à prendre son envol très vite.

 Evidemment, cela dépend des histoires et des personnalités. Il se peut aussi que l'histoire familiale soit tellement chargée qu'un énorme travail de recherche et d'acceptation va être nécessaire avant d'aller mieux. Entre les deux guerres mondiales, l'holocauste, les différentes révolutions vécues par les générations précédentes, il se peut que l'histoire familiale du patient soit très lourde. Et donc difficile non seulement à démêler mais aussi à accepter. Avoir perdu la moitié de ses ascendants dans les camps de concentration, par exemple, a tellement modelé l'ensemble de la famille qu'il semble à peu près impossible de se défaire de ce passé. Ce ne serait d'ailleurs probablement pas souhaitable. L'idée est d'apprendre à vivre avec et à ne pas le laisser influencer négativement sa vie, d'en faire une force plutôt qu'un frein.

 En suivant ce type de programme psycho-généalogique, on s'aide soi, mais aussi ses descendants et l'ensemble de sa famille. Cela permet de rompre la transmission des angoisses et des non-dits, pour repartir sur des bases plus saines.

Sommaire