Anne : "Notre corps, c'est notre Vérité"

La somatothérapie permet de dénouer les émotions bloquées dans notre corps. Passionnée par cette pratique, Anne a voulu en faire son métier. Pour son plus grand bonheur...

"A 20 ans, étudiante en psycho, je prenais des cours d'aïkido et il s'est avéré que l'un des participants était somatothérapeute. C'est avec lui que j'ai découvert cette forme de thérapie par le corps et qu'ensuite, j'ai eu envie d'en faire mon métier. Mais pour réaliser ce projet, il me fallait d'abord suivre une thérapie. Pour être un bon thérapeute, il faut déjà être au clair avec soi-même et régler quelques conflits intérieurs.
Durant trois ans, j'ai donc rencontré régulièrement un somatothérapeute. Ce fut très éprouvant, particulièrement les premières séances. La travail thérapeutique étant principalement axé sur des pressions corporelles, j'ai dû m'abandonner, me livrer totalement."

Une thérapie axée sur le corps

"Grâce à des massages, des étirements et des exercices de respiration, le thérapeute réveille des sensations, des émotions. Dès qu'une douleur émerge, il vous aide à mettre des mots sur ce que vous ressentez, à creuser au plus profond de vous. Par exemple, un jour, alors qu'il me massait le ventre, j'ai soudain ressenti une souffrance poignante. En verbalisant cette douleur, je revoyais des images de ma mère en train de me frapper, enfant. C'était pour moi la preuve, que, même lorsqu'une histoire est finie, la douleur est toujours là, ancrée dans notre corps. J'ai pris conscience de tous ces blocages qui m'empêchaient de vivre, de m'affirmer ! Notre corps, c'est notre Vérité. Ce que l'on ne veut pas voir, notre corps, lui, le sait."

Une vie retrouvée

"Durant ces trois années de thérapie, j'ai changé pas mal de choses dans ma vie. J'ai trouvé un nouveau travail dans un cinéma. Il m'a permis de retrouver un certain équilibre et une liberté pour poursuivre ma formation. Je suis aussi parvenue à mettre un terme à une relation amoureuse qui ne me convenait plus du tout.
Aujourd'hui, je me sens plus cohérente avec ce que je pense. Avec mes proches, je m'affirme et sais trouver les bons mots aux bons moments. Cela fait deux ans que j'ai ouvert mon propre cabinet. J'ai eu la chance de démarrer avec un patient qui m'a fait confiance à 100 %. Mon formateur m'a aussi beaucoup soutenue. Et même si, dans ma vie privée, le bonheur n'est pas toujours au rendez-vous, j'ai la chance, désormais, d'avoir les bons outils en main !"

 

 A lire aussi : Le témoignage de Sylvie sur la gestalt thérapie
Vous avez suivi une thérapie ? Témoignez ! 

 En savoir plus : Trouver un somatothérapeute