Moteur de recherche

Partager cet article

RSS
Femmes > Psycho > Contributions > Vous avez été victime de harcèlement moral ?
Pendant des semaines ou même des mois, il vous a rabaissée, humiliée, culpabilisée, exigeant toujours plus de vous sans pour autant s'amadouer. On vous a harcelée moralement jusqu'à l'épuisement ? Dites-nous comment vous vous en êtes sortie.

Participez

Tous les articles Bien avec les autres

Pervers narcissique et manipulateur

 Pervers narcissique et manipulateur  

Jeanne , Marseille le 27 octobre 2008

Dans quel cadre (professionnel, personnel) ce harcèlement a-t-il eu lieu ? De la part de qui et pendant combien de temps cela a-t-il duré ?

39 ans aujourd'hui (! ) que cet immonde individu (il paraît que c'est ma moitié) me bouffe la vie.

En quoi ce harcèlement consistait-il ? Quel était alors l’état de votre moral ?

Je l'ai épousé à 20 ans, il en avait 10 de plus que moi. J'ai aujourd'hui 60 ans et il me traite toujours comme une fillette. Je ne peux rien faire qu'il n'ait validé avant. Etant d'origine étrangère il est très complexé que je puisse savoir des choses qu'il ne sait pas. Donc tout ce que je sais et que j'ai tenté de lui transmettre a été rejeté avec mépris. Il a un bac +6 et moi +1... Forcément ce que j'aime (ce que j'aimais) est frivole et inutile.
Il ment sans arrêt, fait toujours le contraire de ce qui est prévu, trouve toujours une bonne raison à une mauvaise chose.
Pour ne pas avoir à se justifier il a fait le vide autour de nous... Famille, amis il n'y a plus personne. Notre fille elle-même s'est éloignée, car continuer à me voir, c'est continuer à le voir.
La fuite! C'est la solution!
Je l'ai tentée plusieurs fois, les menaces ont été si violentes que j'ai perdu courage.
Maintenant je suis accablée de troubles psychosomatiques (vertiges, migraines, eczéma, intestins en lambeau, crises d'angoisse très douloureuses). Ce qui lui fait dire que je suis folle, bien sûr. Ce n'est pas lui qui a un problème, c'est moi.
Je n'ai personne à qui en parler et, de toute façon, c'est complètement incroyable! Qui, à le voir, pourrait croire que cet homme charmant (qui offre une belle voiture à sa femme, qui la laisse monter à cheval -ça épate la galerie) est un véritable démon?

A quel moment avez-vous décidé de mettre un terme à ce harcèlement et comment avez-vous procédé ?

J'ai lu moi aussi tous les livres sur le sujet (I.Nazare-Aga /M.F.Hirigoyen /Y.Poncet-Bonissol et bien d'autres). Et si je sais comment faire, je n'y arrive pas.
Pourtant je ne suis pas masochiste, non pas du tout!

Aujourd’hui, comment vous sentez-vous ? Diriez-vous que vous en êtes sortie renforcée ou au contraire fragilisée ?

Je me sens mal. Je n'ai que haine et colère au fond de moi.
Et je m'en veux d'être aussi nulle...
Mais ce qui domine c'est la peur...

  • Dany Coulon

    Babylone: qui peut me croire: 42 ans de mariage avec un pn ; et je n ai rien compris, je ne savais pas que ces monstres existaient. Il a passé son temps a dépenser pour son plaisir l argent du ménage, sortir avec ses copains et me tromper et il criait partout qu il adorait sa femme. Pauvre idiote que j ai été, mais je voulais préserver mes enfants alors je supportais, j occultais même et puis elle sont devenue adultes et elle ont compris que leur père était mauvais. Pour finir il a entamé une laison avec ma meilleure amie dès qu elle a été veuve, il y a 3 ans. En juin dernier ils sont partisr en Tunisie ensemble et tout a explosé. Aujourd hui nous somme séparés et il ne nous connait plus, ni moi, ni ses enfants, ni ses petits enfanst. Pire encore il cherche a nous ruiner par tous les moyens je lutte de touytes mes forces, mais j ai des moments de grand découragement. Je m en veux de n avoir pas compris qui il était, je m en veux d avoir donné un père pareil a mes 2 filles. Je ne comprends pas autant de bassesse. Je crois que sa copine est aussi perverse que lui et la partie est rude pour moi. Mais je vais m en sortir. J ai 62 ans et je vais chercher du travail, il faut que je lui prouve a cette ordure que je peux vivre sans lui et je vais y arriver. Je pluere encore très souvent, le mari que j aimais tant que je ne savais pas qui il etait. Mais ce qu il est me dégoutte. Je n ai que du mépris pour lui. Dure leçon de vie mais sans doute enrichissante pour moi. La vie va continuer et j espère qu un jour prochain je verrai le soleil. Merci de m avoir lue.
  • Francoise Leducq

    Je viens de réagir à votre courrier desespéré, et je découvre seulement maintenant, qu'il remonte a octobre 2008 ! ? Comment les choses ont -elles évolué pour vous, depuis 2 ans et demi ? Bien, j'espère, avoir des nouvelles, me ferait plaisir. Malheureusement, le sujet est toujours d'actualité pour tellement de femmes, que nos conseils sont toujours valables ! Bon courage. Francoise.
  • Francoise

    Quand on est dans une relation avec un pervers narcissique, je connais bien le problème, on n'en a pas vraiment conscience ; on va mal, sans trop savoir pourquoi, l'autre se chargeant, au quotidien, de vous enfermer, de vous culpabiliser, de vous marteler, en douceur, qui plus est, et avec des mots ambigus, que... Vous êtes nulle, et que vous n'allez pas bien ! Ca n'est que lorsque l'on se "réveille", au bout du temps qu'il nous fallait a chacune, pour réaliser, et prendre la mesure de ce que l'on a subi, et des dégâts collatéraux, que l'on peut, enfin, se défaire du joug.. Vous, Jeanne, vous êtes toujours dedans, et pourtant très lucide et consciente de ce que vous fait vivre, votre conjoint il vous faut donc réagir pour sauver votre peau, et votre tête, c'est maintenant, et pas dans 6 mois, ou... "plus tard", parce que, peut être il va changer ; non Jeanne, il ne va pas changer, mais il va continuer son travail de sape, puisque le terrain, en l’occurrence, vous, est favorable ! Alors, lire des bouquins sur la manipulation, c'est bien, on se retrouve dans les exemples évoqués, on se sent moins seule, mais ca ne résout rien ! Réagissez, allez voir un psy conventionné, travaillez aussi sur vous, car on ne va pas vers ce profil d'homme sans raisons, même si elles sont inconscientes, faites vous soutenir, psychologiquement, et, sauvez vous, au sens propre du terme ! J'ai "dormi" 20 ans... J'étais fragile quand je l'ai rencontré, et en bon prédateur il a trouvé la faille.. J'ai fait ce que je vous conseille, et je peux vous dire que je suis réparée, a nouveau en couple, heureuse, et... Bien réveillée ! Ne vous complaisez pas dans cette situation, pour ne pas basculer dans le masochisme.. Allez, bon courage, foncez !
  • Alex

    J'ai moi même été victime d'une manipulatrice, ou peut être même une perverse narcissique dans mon cas, le pire sans doute dans cette histoire c'est qu'elle à su tellement bien tirer les ficelles qu'elle est arrivée à renverser la situation, et à me donner le nom de sa propre "maladie" en cherchant sans doute ses propres symptômes sur internet pour m'en accabler. Tout à commencé en 2004, j'avais alors 24 ans, j'étais en forme, j'avais un peu de mal à trouver du travail et avait peut être trop de temps libre, temps libre que je passais sur un forum de jeu de rôle. J'avais des amis convenables mais on ne se voyait pas beaucoup à cause de la distance. Etant artiste j'ai une certaine sensibilité / émotivité, de plus que je me suis découvert de terribles manques affectifs liés à une enfance difficile. Je cherchais le contact et à ne pas rester seul dans mon coin, surtout, car l'isolement social lorsqu'on est au chômage on compte chaque pièce qui limite nos déplacements, j'étais fragilisé par ma situation, internet m'apparaissait comme une bouffée d'oxygène, une porte de sortie pour m'évader.
    Je me suis donc inscrit sur l'un des premiers forums que j'ai trouvé, étant dessinateur et aimant les univers un peu "spéciaux" desquels je peux apprendre, j'ai choisi un forum vampires / lycans même si je n'y connaissait pas grand chose à l'époque à Anne ryce et l'univers particulièrement sombre qui peut entourer les vampires, du moins je savais la base de ce qu'il y a à savoir dans les vieux films.
    Ce serait très long à raconter en détail... Il y aurait probablement de quoi écrire tout un livre, mais les premiers partenaires rp avec lesquels j'ai eu des contacts sur le forum étaient des habitués, on a beaucoup discuté, parfois de longues soirées sur la chatbox de ce forum, toujours surveillée par l'admin de ce dit forum, on racontait un peu nos vies, quoi de plus normal en somme, et je ne me suis pas méfié qu'en parlant de ma situation financière / mon malaise / mal-être actuel ces individus allaient par la suite profiter de ma fragilité. La première chose qui me soit arrivé, cela peut paraître anodin dans la démarche, mais un joueur se plaignait souvent d'être la "victime" des abus du maitre du jeu lors des rp scénarisés, maitre du jeu étant l'admin du forum. Au départ je n'y ai pas prêté attention d'attention particulière, mais les plaintes de ce partenaire de jeu se multipliaient par le biais de msn (une messagerie instantanée) et au final, j'ai commencé à relire les différents rp scénarisés, pour constater à mon tour qu'effectivement, il était de bon ton que le personnage de ce joueur soit toujours humilié, où dépassé la plupart du temps par tous les autres personnages du rp, et ce, dans chaque rp scénarisé dans lequel il a participé. Il était aussi le seul à toujours prendre des remarques désobligeantes en rp ou en hrp sur le forum, et j'ai fait l'erreur de m'en mêler, de prendre sa défense et de pointer du doigt les inégalités constatées dans les différents rp auxquels il a participé, point par point pour faire comprendre que ce n'était pas "juste".
    Misère... Si j'avais su... A partir de cet instant je suis devenu le nouveau bouc émissaire parce que j'avais osé mettre le doigt sur un premier dysfonctionnement du forum, à savoir le manque d'objectivité, à cette époque je ne le savais pas encore, mais les autres participants du rp, les personnes ayant toujours les "beaux" rôles dans les scénarios, étaient des connaissances "irl" de l'administratrice, plutôt, une amie et un ex petit ami, et je croyais être tout de même dans mon bon droit au nom de l'impartialité, de la cohérence rp et de l'équilibre, de prendre la défense de ce joueur qui, était extérieur à ce "cercle" de connaissances.
    C'est à ce moment que les choses ont commencé, il y avait une section "trombinoscope " sur ce forum, une section où on y dépose sa photo, j'y avais déposé la mienne, je n'avais déjà pas beaucoup d'assurance vu ma situation précaire, j'étais peut être aussi en légère déprime et j'avais appris à apprécier les soirées où on discutait longuement sur la cb, on déconnait aussi beaucoup, et un soir, l'administratrice et son petit ami du "moment" sont venus me trouver sur la cb pour me parler de ma photo, dans le trombinoscope, usant d'artifices alambiqués pour me faire comprendre que... Je n'étais pas très beau, ça sonnait comme "Tu sais, dans la vie il y a des gênes qui sont légués de parents à enfants, sur plusieurs générations, qui font qu'un individu sera plus attirant qu'un autre, et pour lequel les femelles chercheront à s'approcher et s'accoupler plus facilement avec une personne ayant de "bons" gênes, plutôt qu'avec une personne ne présentant pas physiquement ces "bons" gênes, c'est ainsi que parfois la nature peut être cruelle avec un individu, et tu n'as pas été gâté par elle. "
    C'est les propos qu'ils m'ont tenu a eux deux pour me faire comprendre que j'étais très moyen, voir banal, j'avais pas compris l'allusion au départ mais en y réfléchissant à plusieurs reprises j'ai fini par comprendre qu'ils voulaient simplement dire que j'étais moche en me prenant pour un simplet, c'était de la méchanceté gratuite mais à cette époque je n'y avais pas vraiment fait attention. Je pensais qu'il s'agissait d'humour, d'une petite pique, ce n'est que plus tard que j'ai compris à quel point je m'étais trompé.
    Lors des premières rencontres "irl " entre les membres, je n'ai pas pu y participer, financièrement ça m'était impossible de me payer un billet de train pour aller à paris depuis la Belgique, c'était au point où je me serai endetté pour le faire, a ce retour d'irl, on va l'appeler monsieur "B" est venu me dire que ça s'était bien passé mais que quelques petits accrocs dans la journée ne l'avait pas du tout ravi, surtout lorsqu'ils se sont mis à se moquer de moi entre eux, il s'en est senti mal à l'aise et je le comprends.
    J'étais un peu sous le choc, et j'ai finalement compris que les petites piques et parfois doses d'humour un peu grinçantes sur la cb lorsque l'admin intervenait, n'avaient rien d'anodines ni de gentilles, où de "bon enfant", l'administratrice se moquait tout simplement de moi, de ma situation. C'est vrai que je passais peut être beaucoup trop de temps à raconter mes problèmes sur la cb à cette époque, mais je trouvais ça dégueulasse au final de se permettre de se moquer des autres parce qu'ils sont malheureux.
    C'est ici que ça se complique encore plus, l'amie et l'ex petit ami de l'administratrice sont ensembles, et les tensions qu'il y a entre eux se font légèrement sentir, ces deux personnes m'ont pris à parti, j'étais un peu désespéré à l'époque et je cherchais encore ma "place" là dedans, surtout sur le forum, un peu de visibilité, enfin, "exister" un peu, tout simplement... Je ne saurai jamais si leurs intentions étaient nobles ou pas, tout ce que je sais c'est qu'ils m'ont prévenu eux aussi de la propension à l'admin à être cruelle, qu'il la connaissaient bien, qu'elle était paranoïaque, qu'ils avaient déjà eu beaucoup de problèmes avec elle par le passé, mais je pouvais également noter une touche d'aigreur et d'amertume dans leur propos, et je n'ai pas fait très attention, je voulais m'intégrer, et comme ils étaient souvent pointés du doigt comme les meilleurs rpistes du forum, je les ai écoutés, autant leurs conseils que leurs problèmes à eux aussi, en fait j'étais probablement en train de mettre très en colère l'administratrice en discutant avec eux, deux ou trois "clans" ont fini par se former, et il y avait souvent des confrontations, je faisais parfois aussi l'erreur de répéter ce qu'on me disait, il m'a fallut longtemps avant de comprendre que d'un coté, comme de l'autre, j'avais été utilisé, ça m'a attristé et ça m'a mis en colère, c'est l'administratrice qui à essayé de m'ouvrir les yeux là dessus.
    Tellement en colère que je n'ai plus voulu adresser la parole "poliment" a ces pseudos "amis", dont l'un d'entre eux étaient co-administratrice du forum, c'était "bagarre" tout le temps sur la cb et on se supportait plus, et au final, j'ai été banni une première fois de ce forum, de façon très injuste et impulsive, mes propos avaient tout de même été durs, mais en raison de la façon dont on s'est servi de moi je trouvais ça vraiment dégoutant et je n'avais plus ma langue dans ma poche, j'étais blessé, je me sentais déjà comme la dernière des "merdes" du point de vue de ma situation générale, j'avais pas besoin de "ça" en plus.
    Par la suite c'est l'administratrice elle même qui à dé-banni mon compte une première fois sans que je ne demande rien, à ce moment je n'ai pas bien compris "pourquoi", après tout je n'avais rien à dire, je n'étais qu'un simple joueur, j'ai cru bêtement à un moment que ces personnes s'étaient rendues compte de ce qu'elles me faisaient subir, et l'ampleur de l'injustice dont j'étais la cible un peu chaque jour sur ce forum.
    Eh bien non, je me suis trompé, c'était juste pour encore "mieux" continuer, enfoncer la vis, je suis resté car j'avais établi quelques bonnes amitiés sur le forum malgré cette ambiance très malsaine, amitiés qui se sont dégradés au fur et à mesure que d'autres irl étaient organisées, ma partenaire rp et mon ami "B" me rapportant parfois ce qu'il s'y passait encore, que les choses s'étaient un peu calmées mais qu'elles continuaient quand même, après tout, s'ils voulaient se moquer d'un pauvre type dans leur forum qui servait d'énorme diner de cons, c'était leur droit, mais comme les moqueries par bouches interposées ça semblait ne plus m'atteindre, c'est là que les choses ont commencé à devenir plus gênantes encore.
    Elle est passée à un autre niveau, atteindre directement mes partenaires rp ou toute personne qui, voulait jouer avec moi sur le forum, afin de m'isoler, et ça a fonctionné oui, il y a eu de longs mois où je me suis retrouvé à rp tout seul, je me demandais ce qui se passait, plus personne ne m'adressait la parole, et lorsqu'on me répondait c'était par le mépris, Mon ami "B" et ma partenaire "L" ont eu la réaction la plus appropriée qui soit envers ce forum, c'était de le quitter et de s'en éloigner le plus possible, et comme je les comprends.
    De fil en aiguille, avec de nouveaux joueurs venant parfois s'adresser à moi, j'ai compris à quel genre de "jeu" jouait l'administratrice, re-prenant tout le chapelet d'ignominies qu'osait colporter sur mon dos cette dernière à tout joueur / joueuses s'approchant de moi, c'est là que le masque est tombé pour moi, que j'ai fait tout le chemin inverse des choses qui s'étaient passées depuis le début pour comprendre qu'elle tirait les ficelles pour faire en sorte de me mettre toujours plus bas que terre, et de me faire passer pour le "mauvais" aux yeux de tous ceux qui avaient le "malheur" finalement, de s'approcher de moi.
    J'étais pas le seul à avoir compris ça mais les autres avaient fait le bon choix en s'en allant, comme j'en avais trop "subi" j'ai décidé de rester un peu et de jouer son jeu, surtout lorsqu'un nouveau joueur, "A" est arrivé, et qu'un nouveau petit ami de l'administratrice est venu le trouver en privé pour lui raconter toutes les conneries échafaudées depuis le début sur moi, introduite dans sa tête par sa nouvelle petite "copine", l'administratrice ayant une fâcheuse tendance à ramener tous ses petits amis sur son forum et disparaissent comme par magie du forum lorsqu'elle en avait "fini" avec.
    Donc, ce nouveau joueur "A" est venu me trouver en privé lui aussi en me racontant tout ce qu'on est allé lui dire, et heureusement il était capable de se forger sa propre opinion sur moi sans prendre en compte les imbécilités qu'on venait souvent lui rapporter, il m'a dit de jouer son jeu, de faire comme elle, ça à fonctionné tout un temps, et je dois dire que j'étais "ravi" de voir qu'enfin je n'étais plus le seul à "pâtir" de sa façon de faire, je sais ça peut paraître complétement dingue mais, au final je me suis tellement fait "avoir" que j'ai fini par adopter sa façon de faire à l'aide de ce joueur, on lui à juste rendu la monnaie de sa pièce, même si on était bien moins "doués" et subtils pour ça.
    Quand elle s'est rendue compte que je me laissais plus faire, que ses tentatives de dénigrement, d'isolement, que je n'étais plus son punching ball favori, et que j'arrivais en plus à me défendre et jouer son propre jeu, elle à commencé à m'envoyer cette fois des personnes avec des sortes de "missions", afin de me faire péter des durites sur le forum, me mettre en colère, choses qu'elle arrivait encore à faire, faut dire que je n'avais que "quelques" semaines d'expérience dans son domaine de prédilection, et on ne bat pas ce genre d'individu sur leur propre terrain.
    Finalement elle est arrivée à me sortir les vers du nez par le biais d'autres nouvelles connaissances qu'elles s'étaient faites, dont une nouvelle Co admin qui faisait mine d'écouter mes problèmes, et qui "notait" tout pour son compte à elle, afin de créer des plaintes de joueurs, ça ne l'amusait plus puisque j'étais de moins en moins atteint parce qu'elle faisait, alors elle à tout mis en oeuvre pour me faire partir, avant d'essayer de me porter un coup qu'elle pensait final pour me détruire.
    Je n'entre pas dans tous les détails, mais sur ma période de "jeu" sur ce forum, ça peut sembler énorme, mais j'ai fait pas moins de 6 Tentatives de suicide, j'ai pris énormément de poids par dépression, j'ai eu de nombreuses crises d'angoisses, et surtout, j'ai l'impression d'y avoir laissé un bout de mon âme, d'avoir presque subi un "viol" psychique, on m'a volé une partie de mon innocence, on m'a volé une partie de ma vie que je ne récupérerai jamais, au final j'étais si "accroc" au forum que j'ai essayé de dire et de faire n'importe quoi pour y retourner, j'étais pas comme "ça" avant que tout ça m'arrives, je n'ai presque plus le goût de vivre, et surtout, je ressens un énorme besoin d'en parler parce que personne ne reconnait la douleur que je ressens
  • Christiane

    La seule solution est de fuir, je me reconnais complètement de 37 ans de vie commune avec un P. N démoniaque, j'ai vécu toutes les humiliations qu'une femme peut endurer (violence physique, manip etc). Pourtant autonome financièrement avec un bon poste à responsabilités, mais j'étais sous emprise, je ne pouvais rien décider, j'étais considérée comme mineure. Je me révoltée suite à un déclic et il a fui. J'ai donc demandé le divorce que je viens d'obtenir à ses tords exclusifs, je suis soulagée. Je ne communique absolument plus avec lui et j'ai enfin la paix, elle est très douce. Il ne faut pas se décourager avec aide d'un psy et d'un psychologue on s'en sort. Allez courage j'ai 62 ans et je n'ai pas eu peur de me séparer définitivement, mes enfants, gendres, amies, collègues de travail m'ont beaucoup aidés et je n'ai plus aucun regret.
    Cris
  • Chantal

    Il y a deux ans, j'ai décidé de quitter mon mari, après 28 ans de mariage, j'avais 49 ans. Il m'a fallu plusieurs mois pour arriver à m'avouer que j'avais été la victime de ses violences psychologiques. Au début, j'avais même un très sérieux sentiment de culpabilité de le savoir seul et incapable de se débrouiller sans moi. Et puis, assez vite, j'ai entamé une autre relation, avec un homme présent dans mon entourage professionnel depuis de très nombreuses années et le fait de vivre un autre type de relation, basée sur le respect et l'amour partagé, m'a fait comprendre bien des choses. Non, ce n'est pas normal de se faire continuellement rabaisser, humilier. Non, ce n'est pas normal d'être rendue responsable de tout ce qui ne va pas. Personne n'est supérieur aux autres et le fait d'avoir fait plus d'études ne veut pas dire que l'on sait tout de la vie ! En fait, il avait 8 ans de plus que moi et avait été mon prof entre 14 et 18 ans. Au début de notre mariage, je dépendais également de lui financièrement. Je pense que nos rapports en ont été faussés dès le départ, mais, à ce moment, il était assez gentil. Ensuite, j'ai trouvé du boulot et je m'y suis fort épanouie, j'ai accédé à un bon poste, dans une branche à laquelle il ne pige rien : l'informatique. J'ai également une grande facilité à me faire des amis. Il n'a pas supporté ça... M'a coupé de ma famille, de mes amis, n'a pas arrêté de m'humilier... Je savais que je partirais un jour mais je tenais pour les enfants (et ça a été une grossière erreur ! ). En 2008, j'ai craqué... J'avais heureusement gardé quelques bons amis, qui avaient compris la situation, même si je n'en parlais jamais. Ils m'ont aidée et soutenue et je suis partie, presque comme une voleuse, en n'emportant que le minimum. Notre fils (17 ans) n'a pas voulu venir avec moi, trouvant que mes motifs étaient légers. Je crois qu'il commence seulement à comprendre... Jusqu'en janvier dernier, nous avons réussi à garder des contacts corrects. En fait, il était persuadé que j'allais un jour ou l'autre revenir le supplier de me reprendre. Maintenant, il sait que je vais refaire ma vie (je ne lui ai dit que le plus tard possible, connaissant à l'avance sa réaction ! ) et il pète gravement les plombs : injures et menaces par lettre ou téléphone, il a tenté de défoncer à coups de pieds la porte de la maison de mon compagnon et il est même venu jusqu'au bureau. J'ai choisi de réagir : plaintes auprès de la police, demande de divorce (nous étions juste séparés) et demande de saisie sur salaire de sa contribution aux frais occasionnés par sa fille... J'espère qu'un jour cela se tassera, mais il n'arrivera pas à ses fins ! Mais j'ai l'immense chance d'être soutenue par mon (merveilleux) homme, par mes amis et par ma famille. Si mon expérience peut me permettre de donner des conseils, ce serait très simple : partez le plus vite possible et n'ayez pas peur de parler, avec des gens en qui vous avez confiance ou des professionnels (psys ou autres). Il n'y a pas de honte à avouer qu'on est victime de ce genre d'individu. Bonne chance à toutes
  • Louisa

    Jeanne
    J'ai lu ton témoignage et tu es dans une énorme souffrance que j'ai
    bien sur connu.
    Pour ma part 20 ans de vie commune, j'ai 45 ans et deux enfants.
    J'ai eu une dépendance excessive et je m'en suis enfin sortie, tu peux y arriver, tu a droit à la vie, il n'est jamais trop tard.
    La fuite est le seul remède.
    J'habite également à Marseille.
    Bon courage
  • Benedicte

    Ceci s'adresse à Jeanne de Marseille... Je me vois dans votre récit. 39 ans de mariage... Je suis une merde. Etc... Etc... Plus d'auto estime... Il m'a séparé de toute ma famille et amis... En juillet j'ai rencontre mon frère, sa femme et enfants. (je me suis sauvée pour une semaine à 4h du matin). Pour aller les voir seulement pour ça et voir mes parents très âgés, et en fin de vie que je n'avais pas vus depuis 10 ans... Il savait que je partais, à la derniere minute il a voulu m'en empêcher...
    J'ai vu ma famille, j'ai retrouvé un neveu que je n'avais pas rencontré depuis son adolescence, il a maintenant 2 enfants. Un declic s'est produit... Ici je ne dis rien, je me prepare, c'est difficile, 60 ans... Mais je vais partir... Mieux vaut être seule, mieux vaut manger une pomme de terre boullie qu'un bon steack... J'ai eu la chance de rencontrer 2 femmes qui ont subit la même chose, nous avons beaucoup parlé... Les deux m'ont dit la même chose, vous allez culpabiliser toute votre vie... Trop harcelée... Tant pis... Je vis aujourd'hui à 2000 km de ma famille... J'ai un peu peur, mon frère veut venir me chercher... Mais je pense qu'il me faut m'assumer à fond... Je sais qu'un jour je vais sauter dans ma voiture et ne m'arrêter que chez mes parents... Jeanne la vie est trop courte vous vous rendez malade pour un homme qui n'en vaut pas la peine et ça va empirer... Fuiez Jeanne, murissez bien la chose, allez voir avocats, etc. Et ne lui dites rien... Moi je lui laisserai un mot... Ciao. Fini la boniche bourrique, grosse, etc.
    Courage Jeanne... Je vous embrasse...
  • Nicole

    Moi aussi je vis depuis 30 ans avec 1 pervers narcissique, 1 manipulateur, 1 destructeur, gentil avec les autres en société, mais 1 démon avec moi dans le privé. Je suis tellement détruite par ses phrases cruelles que je m'enferme en pleurant, je n'ai plus confiance en moi ; moi, si gentille mais pas dupe. J'ai aussi des angoisses et troubles alimentaires ; je n'arrive pas a partir ; aidez-moi ! Merci, Nicole, 58 ans
  • Françoise

    Merci à tous ces bien tristes témoignages, mais quel "bonheur" de voir que l'on passe tous et toutes par les mêmes doutes, les mêmes peurs, on n'arrive pas à croire à quel point on a été dupe. Les lectures, les témoignages donnent enfin un sens à nos souffrances. On peut ainsi se déculpabiliser et relever la tête. J'ai noté un résumé d'un médecin bien connu qui démontre si bien le personnage. J'ai très envie de lui envoyer avec une lettre assassine sur nos 30 ans de vie commune. Pour moi, cela semble la dernière phase de mon deuil. Lui montrer que je ne suis plus dupe. Une forme de respect pour moi même. Merci de me donner votre avis. Mais il est en période de manipulation envers mon fils de 29 ans pour m'atteindre encore... Et il tombe dans le piège. Merci à vous tous et toutes
  • Cubitus

    Après 17 ans de calvaire j ai réussis à franchir le pas ; il n est jamais trop tard pour partir. Afin d'aider et de soutenir moralement les personnes victimes de manipulateurs pervers je participe à un forum d entraide entre victime:  http: //victimes. Forum-actif. Eu/ n'hésitez pas à venir parler avec nous, c'est un premier pas vers la liberté. Je vous souhaite du courage
  • Sophia

    Il n'est jamais d'accord avec moi ; il me fait culpabiliser sur tout ; mes idées émises ne sont pas écoutées ou alors démontées ; bref, au fil du temps, je me suis mise à douter de tout, à perdre confiance, et pire à me faire vomir. Encore ce soir, grosse crise de larmes. Heureusement, je travaille... Liberté intellectuelle et "financière". Sauf, que le moindre de mes achats est scruté, et jugé inutile et trop cher (même les courses alimentaires). Je n'en peux plus. Je joue un rôle autour de moi, pour sauver la face. Mais, c'est dur. J'ai quand même compris que je ne mérite pas cela, mais c'est invivable. Quand il est allé trop loin, il devient doux comme un agneau, me dit que je suis belle... Mais, je veux juste un compagnon gentil et aimant
  • Kaina

    C'est incroyable ! En lisant l'histoire de Jeanne de Marseille, je me retrouve complètement... Je me sens incapable de partir et mon mari est admiré par tous et chacun lui donnerait le bon Dieu sans confession, tellement il est gentil avec les autres. Il me fait des petits cadeaux moins important qu'une voiture, mais c'est pareil... Je me sens une gamine lorsqu'il est là
  • Isabelle

    Il ne faut surtout pas se rabaisser car c'est lui qui aura raison.
    Vos symptômes je les vis par ma collègue, elle a les mêmes troubles que vous... Elle s'est demandé ce que c'était et a découvert que c'était dû à "l'ambiance du boulot" et plus précisément le chargé de mission qui se croit au dessus de tout
  • Linda

    Jeanne,
    Je crois me voir dans cette description et ces symptômes (céphalées de tension et psoriasis).
    Même constat: homme plus âgé, fort instruit, étranger, sait tout, n'a pas d'amis... C'est très dur à vivre
  • Emmanuelle

    Non et non Jeanne, tu n'es pas nulle. Pourquoi serais-tu nulle ? Parce que tu éprouve des sentiments de haine et de colère ? Alors non, ne crois pas à ta nullité, je l'ai cru aussi des années, mais ce sont des sentiments naturels qui montrent ton mal-être intérieur tout simplement, sois forte Jeanne, et pense bien que tout le monde à le droit de vivre et là tu ne vis pas. Sois forte comme je l'ai été et crois-moi, je me sentais inutile, nulle et très faible face à mon mari. Depuis que je suis partie et qu'il a bien voulu cesser de me harceler, je me sens mieux
  • Gaelle

    Madame il est toujours possible de fuir. Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux
76 contributions : 1 ... 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 ... 76
 
Magazine Psycho Envoyer Imprimer Haut de page