Vos plus grosses hontes Hontes les plus rigolotes

 

Nathalie se souviendra toute sa vie de cet après-midi shopping en famille...
"J'étais allée choisir du carrelage un samedi après-midi, en compagnie de mon mari et de notre fils de 3 ans. Ce dernier nous fausse compagnie un moment et revient en disant qu'il veut faire pipi. Je lui demande d'attendre un instant car il n'y a pas de toilettes dans le magasin. Il me répond que si, il y en a et me montre les sanitaires en exposition, un peu plus loin. Son papa lui explique qu'ils ne fonctionnent pas, qu'ils sont juste là pour que les gens choisissent celui qu'ils veulent acheter et lui montre qu'il n'y a ni chasse d'eau, ni tuyau, ni rien qui leur permettent de marcher comme à la maison. Et nous retournons à notre quête de carrelage sans faire attention à notre fils qui se promènait non loin de nous. Au bout de 5 minutes, il revient vers nous en disant "Ben dis donc, y a pas de chasse d'eau et y a pas de tuyau et il n'y a même pas de papier. C'est nul ici !" Il avait fait caca dans un des wc en exposition". 
 Lire l'intégralité du témoignage

"Je suis devenue rouge comme une pivoine mais je crois qu'à part ma sœur, personne ne m'a vu faire. "

Au bureau aussi, les occasions de vivre des moments de honte ne manquent pas. Confirmation avec le témoignage de Chrystelle.

"Auditrice interne depuis peu dans une banque, j'ai transféré à un directeur commercial que je contrôlais un e-mail envoyé par un autre collègue montrant deux jumelles aux seins énormes. Heureusement, j'avais mis en commentaire "beurk" mais j'ai quand même failli mourir sur place quand j'ai lu l'accusé de réception... "Eric a bien lu votre message". J'avais 30 ans, pourtant l'âge de la maturité ! Quand j'ai raconté à mon boss ma mésaventure, il a eu une crise de rire. Il est descendu voir le président de la banque pour expliquer ce que j'avais fait afin que l'affaire ne s'ébruite pas. Le message en question a été supprimé des boites e-mails concernées." 
 Lire l'intégralité du témoignage

Quant à Caroline, elle s'y reprendra désormais à deux fois avant de sortir un objet de son sac à main !

"Dans les transports en commun, un soir, en rentrant du travail. Avec ma sœur, nous avions l'habitude de nous retrouver pour faire une partie du trajet ensemble. Nous discutions à bâtons rompus et, je me suis mise à fouiller dans mon sac pour prendre mon baume à lèvres. Ma sœur s'est mise d'un seul coup à me regarder d'un air ahuri mais hilare et m'a demandé ce que je faisais. Et là, malheur, je venais de sortir un tampon de mon sac. Je suis devenue rouge comme une pivoine mais je crois qu'à part ma sœur, personne ne m'a vu faire."  
 Lire l'intégralité du témoignage

Sommaire