Comprendre les manipulateurs pour les déjouer Témoignages : elles ont été victimes d'un manipulateur

Au travail ou à la maison, elles sont tombées sous sa coupe sans s'en rendre compte. Il les a d'abord charmées, avant de réussir à leur faire perdre toute confiance en elles. Elles racontent.

Catherine : "Je pense toujours que mon mari a commencé à me manipuler lors de l'achat de la maison puisqu'elle lui donnait un pouvoir. J'ai été très rabaissée, insultée et rien ne lui convenait. Il critiquait ma façon d'éduquer les enfants. J'ai vraiment réalisé quand je suis partie une première fois de chez moi et j'étais tellement mal que je me suis retrouvée hospitalisée. Là il a promis qu'il ne recommencerait pas et avec la psychiatre qui me suivait j'ai mieux compris le personnage, surtout quand elle m'a dit que le naturel revient toujours.

"J'ai compris qu'il ne tiendrait jamais toutes ses belles promesses"

Je m'en suis sortie en partant de chez moi presque 2 ans après ma première tentative. Entre les deux la situation s'était dégradée et je commençais à répondre. Maintenant j'essaie de me reconstruire et de reprendre confiance en moi. C'est plus maintenant que je réalise l'emprise qu'il avait sur moi et comment il m'a détruite et ça fait mal."

Aline : "Moi qui étais quelqu'un de calme, de patient, je ne me reconnais pas. Ce sont les enfants qui en pâtissent le plus. Je crie, je pleure, je n'ai plus aucune patience, j'oublie des choses alors que j'avais une très bonne mémoire. Je suis stressée non-stop. Je suis angoissée quand il va rentrer à la maison à l'idée de ce qui va encore m'être reproché.
J'ai déjà eu une prescription d'antidépresseurs légers (il faut que je puisse me réveiller la nuit en cas de besoin), mais je n'aime pas l'état vasouillard qu'ils engendrent... J'espère encore que les choses s'arrangent. Même si, le temps passant, mon état de souffrance augmente, j'ai des moments de lucidité : rien n'y a fait, rien n'y fera... Mais je n'ai pas encore la force de partir." 

Françoise : "J'étais totalement obnubilée par lui, je ne voyais que lui. J'étais avec ses amis mais je ne voyais plus les miens. Il me prenait tout mon temps, mes soirées, me persuadait que c'etait bien pour moi d'être ensemble. Sa femme restait à la maison, j'étais triste pour elle, mais tellement bien avec lui. Incapable de le quitter, mais pourtant je le souhaitais, j'y pensais souvent.

J'ai compris qu'au fond il ne tiendrait jamais toutes ses belles promesses ! Non pas de quitter sa femme puisque je ne lui ai jamais demandé une telle chose, mais il me faisait sans cesse des promesses de voyages, (nous en avons tout de même fait un à l'étranger), de week-end qu'il ne pouvait pas tenir, etc. Je lui ai demandé de m'oublier et de prendre soin de sa femme."

Sommaire