Comprendre les manipulateurs pour les déjouer Le manipulé : souvent un vrai gentil super dynamique

 

l'amour est un crime parfait, en salle le 15 janvier.
L'Amour est un crime parfait, en salle le 15 janvier. © Gaumont Distribution

Avouez-le : vous vous dites que pour se faire berner aussi facilement par une autre être humain, il faut être quelque peu fragile et naïf ? Eh bien vous avez tout faux. "N'importe qui peut un jour être victime d'un manipulateur, au travail, en amour, dans sa famille, parmi ses amis... explique Christel Petitcollin. Personne ne peut prétendre être au-dessus de ça : leur piège se referme sans même qu'on s'en aperçoive."

Mais s'il fallait brosser un portrait du manipulé type, il serait à l'inverse de l'image de la petite chose faible et fragile. Lisez plutôt :

 "Le manipulateur choisit souvent pour cible des personnes gentilles et bienveillantes, pleines de bonne volonté et conciliantes", remarque la thérapeute. Forcément : elles auront d'autant plus d'empathie pour le manipulateur et refuseront de croire qu'il puisse avoir un raisonnement aussi froid et vil que celui qu'on lui prête. "D'une manière générale, nous avons d'ailleurs tous tendance à défendre les manipulateurs, sans doute à cause de leur image "bien sous tous rapports"."

 Ce pervers narcissique (on l'appelle aussi comme ça) a également tendance à se rapprocher de personnes très dynamiques, pleines de joie de vivre, sociables. Ils sont à la fois fascinés et dégoûtés par ce comportement qu'ils sont incapables d'avoir. "Ils choisissent des gens très chaleureux pour venir s'y réchauffer, mais en même temps ça les énerve au plus haut point."

Finalement, ces personnes plus altruistes et empathiques que la moyenne se font avoir par leurs propres qualités, qui dans un autre contexte constituent bien sûr des atouts.

Si elles ne sont pas plus fragiles au départ, il est vrai, en revanche, qu'à l'arrivée, elles sont cassées et affaiblies. "C'est d'ailleurs une remarque récurrente de la part des proches : ils trouvent que la personne a changé, ils ne la reconnaissent pas."

 

Sommaire