Comprendre les manipulateurs pour les déjouer Guérir le manipulateur est illusoire

Vous l'avez compris : c'est bien le manipulateur qui est malade et non pas la victime. Alors pourquoi ne pas prendre le "mal" à la source et le soigner lui ? Pourquoi ne pas rechercher ce qui l'a bloqué dans l'enfance pour le faire évoluer ?

Réponse : parce qu'il n'en a pas envie, tout simplement. Le manipulateur se sent généralement très bien dans son rôle et il est persuadé que ce sont les autres, et non lui, qui ont un problème. Pour la thérapeute Christel Petitcollin, puisqu'il n'a pas d'affect, la situation ne lui pèse aucunement.


Pourtant, nombre d'entre eux acceptent de consulter un psy lorsque leur victime les menace de les quitter. "Mais le manipulateur accepte de consulter tout simplement pour faire croire qu'il va changer. En général, il vient pour deux ou trois séances, bien souvent chez le même psy que sa victime, ce qui théoriquement ne devrait pas se faire. Il n'est pas rare qu'il utilise ces séances pour continuer à culpabiliser l'autre, en inventant même parfois des choses que le thérapeute lui aurait dites."

L'espoir subsiste pourtant : en 15 ans de pratique, Christel Petitcollin dit avoir vu deux personnes manipulatrices désirer réellement changer. Et y parvenir.

 

Sommaire