Comprendre les manipulateurs pour les déjouer Des conséquences toujours graves

La situation finit souvent par exploser, tout simplement parce qu'elle est devenue insupportable. "Les patients qui arrivent en consultation me disent la plupart du temps "j'allais y laisser ma peau". Cette phrase est systématique. De fait, ces victimes n'ont que deux options : soit l'instinct de survie l'emporte, soit elles y laissent effectivement leur peau. Pour moi, une bonne partie des 13 000 suicides inexpliqués en France chaque année est due au harcèlement, que ce soit dans le domaine professionnel ou personnel."

Il défend son bourreau

Même lorsque la personne fait la démarche de consulter avant de poser un acte irrémédiable, elle est généralement très abîmée. "Pour ceux qui ne la connaissait pas avant, on se dit que c'est normal que cette petite chose fragile, faible et repliée sur elle-même soit tombée sous la coupe d'un manipulateur. Quant aux proches, leur discours est unanime : la victimes est méconnaissable", développe Christel Petitcollin. De cette relation, elle ressort épuisée, vidée, elle a perdu toute confiance en elle, souvent même elle croit qu'elle est folle, que tout le problème vient d'elle.

Une autre constante : le patient prend sans relâche la défense de son bourreau, lui trouve 1 000 excuses, explique que ce n'est pas de sa faute, etc. "En dehors du fait qu'il refuse de croire que cette personne a le fond méchant, admettre que c'est un manipulateur revient à admettre qu'on s'est fait manipuler, ce qui n'est évidemment pas facile."

Sommaire