Comprendre les manipulateurs pour les déjouer Comment se sortir de ses griffes ?

Prendre conscience que la situation n'est pas normale et vouloir faire cesser l'engrenage est un pas énorme. Mais le travail est loin d'être terminé. Au contraire, il commence. "Le processus de guérison est très long, car il faut absolument tout reconstruire", explique Christel Petitcollin.

La première étape consiste à réécrire l'histoire avec le nouveau paramètre : c'était un manipulateur. Une fois qu'on a admis ça et que l'on dispose de cette nouvelle grille de lecture, on voit tout sous un jour nouveau. Attention, le fait d'ouvrir les yeux se révèle souvent très douloureux, parfois même insurmontable : réaliser puis admettre que l'autre ne nous a jamais aimé, qu'il a tout calculé et qu'aucun moment vécu n'était "vrai" est forcément difficile. "J'ai remarqué que les femmes finissent par l'accepter. Pour les hommes en revanche, c'est un cap qu'ils ont énormément de mal à dépasser."

Ca y est, le château de carte s'est écroulé, le patient a fait table rase de son passé. Tout reste désormais à reconstruire, à commencer par sa confiance en lui. "Je pense qu'il est nécessaire de se faire aider par un professionnel, estime Christel Petitcollin. L'ennui, c'est que tous les psys ne sont pas formés à détecter la manipulation. Si vous tombez sur un praticien qui connaît mal le sujet, vous risquez de vous enfoncer plus qu'autre chose. Un truc simple : au sortir de la première séance, on doit se sentir plutôt mieux et non plus mal, résultat inévitable si le praticien a mal appréhendé la situation."

Se souvenir des mauvaises choses

Un conseil pour essayer de retrouver le fil de sa vie : essayer de se souvenir de la personne qu'on était avant de tomber sur ce manipulateur. "Si on arrive à se souvenir de la personne enjouée et dynamique qu'on était, et que l'on se fixe comme but de retrouver cette personnalité, il y a de bonnes chances qu'on y parvienne", estime la psychothérapeute.

La guérison est tout à fait possible. Le challenge va consister à ne pas retomber dans les pattes du manipulateur. Ce qui risque de s'avérer très tentant dans les premiers temps. Pour résister, Christel Petitcollin a un petit conseil tout simple : écrire sur un post-it le top 5 des horreurs que le manipulateur a pu vous faire. Une envie de l'appeler ? Il suffit de ressortir ce post-it et de le relire pour réaliser la bêtise que l'on est sur le point de faire. Si l'envie de l'appeler se fait trop forte (surtout qu'il risque de redevenir super gentil pour essayer de récupérer sa victime), la tactique consiste à se changer les idées, par exemple en sortant se promener SANS son téléphone.
Comme pour l'envie de cigarette du fumeur qui essaie d'arrêter, la pulsion devrait s'estomper. Au fil des mois, ces envies seront de moins en moins fréquentes, jusqu'à devenir inexistantes : c'est la guérison. On jette alors un regard beaucoup plus détaché et froid sur ce qui s'est passé et sur celui qu'on a eu tant de mal à quitter, ce qui semble, une fois la guérison obtenue, franchement surprenant.

Sommaire