Je suis timide, mais je me soigne ! La timidité n'est pas un vilain défaut !

Vous avez remarqué que, la plupart du temps, ici même dans ce dossier, d'ailleurs (mea culpa), la timidité est présentée comme une sorte de handicap, de tare dont il convient de se débarrasser pour enfin devenir un animal social. Certes, une timidité excessive présente de nombreux inconvénients. Mais, lorsqu'il est présent à un degré moindre, ce trait de caractère peut également être d'un grand secours.

 D'abord, il évite de sortir tout un tas d'âneries, potentiellement blessantes pour les autres ou, au moins, gênantes. Etre timide, c'est poser des barrières et ne pas laisser libre court à sa pensée devant tout le monde. Généralement, ce n'est pas plus mal ! "La timidité permet prudence mais aussi respect vis-à-vis des autres", confirme le psychiatre Charly Cungi.

 Elle protège aussi de certains dangers sociaux. Le timide va réfléchir à deux fois avant de se lancer dans un discours qu'il n'est pas sûr de maîtriser ou de foncer sans réfléchir.

 Enfin, sachez que le côté rougissant peut se révéler particulièrement attirant pour l'être "convoité". Ne trouvez-vous pas, vous-même, qu'il est touchant, cet homme tout pataud qui essaie tant bien que mal de vous inviter à dîner. Oui hein ? C'est craquant même ! "Il y a également un côté rassurant pour la personne courtisée, confirme Charly Cungi. Le fait que celui qui fait le premier pas rougisse est en quelque sorte la preuve que ce n'est pas une situation habituelle pour lui et qu'il ne déclare pas sa flamme tous les deux jours !" Vu comme ça...

Sommaire