Eviter de faire des gaffes

Une maladresse, une critique mal placée, un secret dévoilé... Nous faisons tous des gaffes. Parfois drôles et sans conséquences, certaines d'entre elles peuvent, malgré tout, blesser notre entourage. Stéphane Rusinek, psychologue, nous explique comment les éviter.

Certaines personnes font régulièrement des gaffes. Qu'est-ce que révèle ce comportement ?

Avant tout, il est important de différencier les gaffes comportementales des gaffes sociales. Une personne maladroite, qui va casser tout ce qu'elle touche, est surtout sujette à des problèmes physiologiques comme un mauvais sens de l'équilibre ou de la coordination. En revanche, la personne qui ne va pas hésiter à dire à sa meilleure amie qui sort de chez le coiffeur : "Oh, mais qu'est-ce que tu as fait à tes cheveux, ils sont affreux !", fait preuve d'un manque d'intelligence sociale et émotionnelle. Elle n'a sans doute pas acquis certaines règles de convenance. Sans oublier que certains gaffeurs ont été, au cours de leur enfance, confortés dans leur comportement. Une fois adultes, ils ont du mal à se détacher de ce rôle.
Les gaffes sociales peuvent aussi être la conséquence d'une très grande émotion, que ce soit de la joie ou de l'angoisse.

Comment éviter d'en faire ?

Les gaffes sociales peuvent tout à fait être évitées. Même si le degré de gravité de la gaffe dépend en grande partie de l'interprétation de chacun, mieux vaut faire attention à ce que l'on dit. Comment ? Eh bien, déjà, en apprenant à réfléchir avant de parler et en ne réagissant plus de manière spontanée. Deuxième point : pensez à prendre en compte l'autre et à faire attention à lui. Faites preuve d'empathie. Si le mal est déjà fait, la meilleure solution est de favoriser le dialogue. Allez voir la personne que vous avez blessée et dites-lui que votre gaffe était bien involontaire.


Le gaffeur a plutôt une image sympathique. Mais est-ce toujours le cas ?

Lorsque l'on dit gaffeur, on pense de suite à Pierre Richard. Ce sont des personnages qui nous font rire et que l'on apprécie. L'entourage peut même renforcer une telle attitude en attendant du soi-disant gaffeur une nouvelle bévue. Et il suffit parfois d'une seule sottise pour empocher l'étiquette de gaffeur dans un groupe. Le risque pour vous est alors d'être écarté de certaines informations. Quant aux gaffeurs malveillants, je dirais que ce sont avant tout des personnes tranchantes qui se mettent un point d'honneur à dire les choses comme elle le pense. Cette franchise excessive et souvent maladroite n'est pas forcément une qualité. Elle tend plutôt à mettre les gens mal à l'aise.

 

 A lire aussi : notre conseil "Que faire face à la honte" 

 L'interview de Xavier Saint Cyr de Cornette sur la communication non violente