Mettez vos points forts en valeur Pourquoi est-on plus conscient de ses défauts que de ses qualités ?

Leurs petites imperfections, physiques notamment, elles les connaissent par coeur. Quand il s'agit de citer leurs qualités par contre, ça devient plus laborieux. Pourtant, elles en ont, comme tout le monde. C'est juste qu'elles n'en ont pas conscience...

Vous vous reconnaissez dans ce portrait ? Pas très surprenant ! Beaucoup de femmes sont concernées par ce manque de confiance en elles. Le syndrome se manifeste bien souvent de la même façon : le matin dans le miroir, ce que vous voyez, ce sont ces petits bourrelets sur le ventre, ces quelques rides au coin des yeux ou encore ce nez un peu trop proéminent. Vos yeux verts en amande, votre crinière auburn, c'est à peine si vous les remarquez tellement vous les prenez pour acquis. Même chose au travail : votre boss vous a fait remarquer que vous êtes trop lente et que vous avez, qui plus est, un léger souci avec la grammaire française. Bien. Mais avez-vous déjà réalisé que vous dirigez parfaitement votre équipe ou encore que votre bureau est un modèle d'organisation ? Quant à votre vie sociale, vous avez un peu trop tendance à vous remettre en question là aussi, notamment quand certains amis s'éloignent. Mais avez-vous déjà réalisé que vous avez le contact facile ou encore que l'on s'arrache votre compagnie pour votre sens de l'humour ?

Résultat : vous manquez de confiance en vous. Cette situation vous rend plus ou moins malheureuse et vous oubliez de tirer profit de vos nombreuses qualités. Il est pourtant évident que vous en avez. Beaucoup même, comme tout le monde. Et c'est sur elles qu'il faut vous concentrer pour avancer.

Plusieurs raisons peuvent expliquer cet état de fait.

 Il est humain de focaliser sur ses complexes, puisque c'est ce qui nous pose problème. On essaie donc de résoudre le souci, cela semble logique.

 Ce qui est réussi, qui fonctionne sans problème, dont on n'a pas à s'inquiéter passe fatalement plus ou moins inaperçu. C'est un peu le "syndrome du fait divers" qui sévit dans les médias. On y traite essentiellement de ce qui ne va pas dans le monde, parce que quand tout va bien, c'est normal. Un journal des bonnes nouvelles, on n'a pas souvent vu ça !

 La critique a généralement beaucoup plus d'impact sur le moral que le compliment. Les artistes sont les premiers à admettre que pour dix articles élogieux sur leur travail qu'ils oublieront, un seul papier assassin peut les abattre pendant des jours. Une blessure s'oublie moins vite qu'une flatterie. C'est la même chose pour le commun des mortels : une remarque sur votre cellulite et vous ne voyez plus que ça, avouez-le !

 

Sommaire