Arrêtez de vous mettre la pression ! Le risque : se noyer dans le travail

Vouloir en faire toujours plus au bureau va probablement faire plaisir à votre patron, qui vous y encourage d'ailleurs vivement, au quotidien. Il est évidemment dans son intérêt d'avoir des employés motivés, qui essaient toujours de faire mieux. Il faudrait être légèrement perturbé pour rechercher l'inverse chez un candidat, avouons-le...

Pourtant, c'est ce même souci de vouloir toujours tout faire mieux qui va pousser certains travailleurs vers la dépression, voire le désespoir. Le risque : que l'on se fixe (ou, pire, que l'on NOUS fixe) des objectifs irréalisables. Ce qui n'est pas envisageable pour celui qui souhaite être irréprochable. Il va donc plus ou moins littéralement se tuer à la tâche pour essayer, en vain, de parvenir jusqu'à cet objectif inaccessible.

 Les journées deviennent de plus en plus longues. On arrive tôt, on repart tard, avec pour conséquence de voir sa vie sociale rétrécir comme peau de chagrin. On n'a plus le temps de rien faire en rentrant chez soi. Même cuire des pâtes semble une tache insurmontable.

 D'ailleurs la fatigue finit souvent par se manifester sous des formes diverses : maladies à répétition, mauvaise humeur, difficulté à se sortir du lit, performance moindre. Et là, c'est le cercle vicieux car du point de vue du travail obsédé par sa performance, il n'est pas possible d'être malade ou amoindri, c'est un échec. Il va donc tout faire pour résister, au risque de compromettre réellement sa santé.

 Sans oublier l'ambiance déplorable qu'un esprit de compétition peut instiller au sein d'une entreprise : coups en douce, épiage et on en passe... Bref, le climat ne risque pas d'être détendu et serein. Dommage, puisque les "performeurs" passent le plus clair de leur temps au travail...

Sommaire