Les bonnes raisons de tenir un journal intime

Il peut être notre meilleur ami, notre confident, notre défouloir... Le journal intime, loin de n'être qu'une relique de l'adolescence, est une fenêtre vers son moi intérieur. Voici les bonnes raisons de le tenir.

On y appose nos peurs, nos angoisses, nos joies, nos peines, nos rêves et nos espoirs... Le journal intime est en quelque sorte un jardin secret, dont une seule personne a la clé : moi. On y cultive nos émotions, nos sentiments, nos idéaux, nos colères, nos regrets. On les voit évoluer, pousser ou se faner... Tenir un journal intime est loin d'être désuet ou régressif, bien au contraire. Alors trouvez un joli petit journal, sa future place, loin des mains et des regards indiscrets, de quoi écrire et c'est parti !

 

 Je me garde un jardin secret : hé oui, entre la vie de couple et/ou de famille, les relations sociales et professionnelles, il n'est pas toujours évident de garder un peu de temps pour soi. Le fait de pouvoir coucher par écrit tout ce qui nous passe par la tête est à la fois gratifiant et source de détente. Gratifiant parce que prendre le temps pour écrire quelque chose qui n'a ni vocation à être publié et lu (contrairement aux blogs qui sont faits pour être lus et commentés) est tout à fait inhabituel pour la plupart d'entre nous et que cela entretient notre plume et nous oblige à garder la main. Si, de plus, vous associez à la rédaction du journal quelques petits rituels (comme aller écrire dans une pièce bien particulière ou dans un café, prendre un thé en même temps, couper votre portable), vous vous sentirez en dehors du monde et donc détendue.

 Je me détends en écrivant : rien que le fait de s'éloigner un peu de votre monde habituel pour trouver un endroit propice à la rédaction est apaisant. Comme évoqué plus haut, des rituels entourant la rédaction peuvent renforcer ce sentiment de cocooning. Mais surtout, le fait de prendre le temps d'écrire, en s'affranchissant des contraintes habituelles est en soi un geste libérateur. Non, vous n'avez pas à mettre la terre entière en copie ou à vous relire plusieurs fois pour être sûre de ne pas avoir fait de fautes ou de bourdes. Non, là, vous êtes vous seule et unique rédactrice et lectrice. A part vous-même, personne ne peut vous juger. A moins que vous n'ayez peur de vous, aucune raison de se brider... Enfin, il ne faut pas que votre journal soit le journal des maux mais bel et bien celui des mots. Doux, tendres, désabusés, enchantés, merveilleux, fatigués... Pas de raison de n'y noter que vos peines, vos joies sont elles aussi les bienvenues !  

 J'évite d'exprimer violemment ce que je ressens à mes proches. Parce qu'il y a des journées où tout vous tombe dessus, où vous ne comprenez pas bien ce qui vous entoure, ni les réactions de vos enfants ou de votre conjoint... Avant de leur crier dessus ou de leur faire un énième reproche, réfugiez-vous dans votre petit monde rien qu'à vous et apposez par écrit votre rage, votre frustration, bref, tout ce qui fait que vous êtes dans un tel état. Vous verrez qu'après cela, vous serez moins tendue, moins agressive et ne ressentirez plus le besoin de vous défouler sur vos proches. Pour leur plus grand bonheur et pour le votre...

 Je peux travailler sur soi-même : à condition de le tenir sur le long terme, évidemment ! Car le journal intime est un confident qui n'oublie pas et sur lequel on peut compter pour se remémorer des épisodes passés, même les moins glorieux. Ainsi, de voir quelles ont été nos réactions, nos sentiments ou nos choix face à une situation donnée peut non seulement aider à ne pas réitérer les mêmes erreurs mais aussi apprendre à mieux se connaître. Ainsi, dans le doute, dans un moment d'incertitude, avant d'agir, relisez-vous et écrivez ce qui vous tracasse. Voir vos soucis se matérialiser noir sur blanc vous aidera certainement à les objectiver. Et puis c'est toujours un plaisir de relire plusieurs années plus tard ce que l'on a écrit. Pathétique parfois, amusant souvent, l'exercice constitue une sorte de psychothérapie personnalisée.  

 

Et aussi

SIi vous souhaitez partager votre expérience de journaleuse, allez vite sur le forum psycho !